Maison A la une LES CONTRADICTIONS DE LA DIPLOMATIE ALGÉRIENNE

LES CONTRADICTIONS DE LA DIPLOMATIE ALGÉRIENNE

1908
0
PARTAGER
Un jour tout va bien et l’autre tout va mal. A en croire les déclarations du chef de la diplomatie algérienne, Abdelkader Messahel, l’on voit bien que le dossier du Sahara lui échappe complètement pour être géré ailleurs, chose qui lui fait dire tout et son contraire à quelques heures d’intervalle.
A Moscou, en début de semaine et devant son homologue russe, du reste victime d’une désinformation rarissime de la part de l’Agence de Presse Officielle, il se voulait apaisant en déclarant que le seul moyen de régler le conflit était le canal de discussions directes et internes entre personnes du même pays, marocains de l’intérieur et sahraouis de l’extérieur, ceux séquestrés à Tindouf par les milices du Polisario à la solde de l’Algérie.
Le lendemain, changement de ton en Biélorussie, où le même Messahel considère que le vrai obstacle à l’édification d’un Maghreb fort et prospère, c’est le Maroc qui traîne un boulet avec le dossier du Sahara qu’il ne veut pas régler malgré toutes les solutions qui lui ont été proposées.
En soufflant ainsi le chaud et le froid, l’on se rend bien compte que la diplomatie algérienne a perdu toute crédibilité, encore faut-il qu’elle prouve qu’elle en a eu par le passé dans ce dossier du Sahara. Depuis que ce ministre des affaires étrangères a pris ses fonctions, l’on voit bien que la diplomatie algérienne a du plomb dans l’aile et que ses fondements sont tout, sauf, basés sur une rationalité constante.
Par Jalil Nouri
Actu-maroc.com

Commentaires