PARTAGER

Pas une année scolaire ne passe désormais sans que les bureaux d’inscriptions des écoles de la « Mission » » au Maroc n’affichent fièrement de nouvelles hausses dans les frais de scolarité, prenant à chaque fois au dépourvu, des parents désemparés. Surtout ceux qui ont du inscrire tous leurs enfants dans ces établissements et qui voient la facture déjà salée de la scolarité de leurs rejetons devenir inaccessible malgré leurs revenus confortables.

Cette situation n’a que trop duré, selon la majorité des parents des élèves qui refusent les justifications avancées par les administrations et qui ne voient aucune issue à leurs tentatives de les faire revenir sur ces décisions qui ont fait des écoles de la mission au Maroc parmi les plus chères au monde.

Officiellement, ces hausses à répétition servent à financer les travaux d’agrandissement des établissements et à assurer un encadrement pédagogique de qualité en recrutant toujours plus d’enseignants, gonflant la masse salariale.

Devant cet état de fait, une association de parents a voulu jouer sur la fibre marocaine de l’actuelle ministre française de l’éducation, Najat Belkacem, afin de trouver une solution à cet épineux problème que les familles, surtout marocaines, assimilent à un piège dans lequel elles seraient tombés en inscrivant leurs enfants à la « mission ».

Commentaires