PARTAGER

Les enseignants-stagiaires reprochent au ministre de l’Education, Rachid Belmokhtar, de ne pas avoir publié, comme il s’y était engagé, le décret ministériel relatif à la réorganisation de l’année de formation en cours.

Le dossier des enseignants- stagiaires n’est visiblement pas clos. Ils menacent de revenir dans la rue encore une fois. La cause? Le ministre de l’Education nationale, Rachid Belmokhtar,  n’a pas publié le décret ministériel relatif à la réorganisation de l’année de formation en cours, comme le stipule l’accord signé par les enseignants-stagiaires et le gouvernement le mois dernier. A noter que ce décret devait être publié, vendredi 6 mai. C’est ce que rapporte le quotidien Akhbar Alyaoum, dans son édition de ce week-end des 7 et 8 mai.

Les enseignants-stagiaires ont ainsi protesté contre la non-publication de ce décret vendredi 6 mai en organisant des manifestations dans les centres d’éducation et de formation dans presque toutes les villes du royaume. Ils demandent au ministre de l’Education de publier dans l’immédiat le décret ministériel qui régit l’année de formation en cours et qui précise le recrutement de l’ensemble des enseignants-stagiaires le 1er janvier 2017 après un concours fixé en décembre.

D’après le journal, les enseignants-stagiaires menacent de manifester si le ministre n’honore pas ses engagements. Pour eux, la date limite de la publication du décret régissant l’année de formation est fixée à lundi prochain. Ils précisent également que le non-respect de l’accord entériné constitue un retour en arrière.

Cité par Akhbar Alyaoum, Belkacem Mostapha, membre de la coordination nationale des enseignants- stagiaires, a déclaré que ceux-ci avaient prouvé au préalable leur bonne foi en rejoignant les Centres régionaux d’éducation et de formation après la signature de l’accord, mais c’est aujourd’hui le gouvernement qui ne tient pas parole et qui ne publie pas le décret comme prévu.

Commentaires