Maison A la une Les erreurs protocolaires gâchent les relations entre la CAF et le Maroc

Les erreurs protocolaires gâchent les relations entre la CAF et le Maroc

2851
0
PARTAGER

Elles étaient excellentes jusqu’à samedi dernier, elles ne le sont plus depuis le départ raté à la cérémonie de l’ouverture du Chan, pour parler des relations entre la Caf et le Maroc, le pays organisateur.

Le président de la Confédération Africaine de Football, Ahmed Ahmed  s’est senti marginalisé au cours de la cérémonie d’ouverture si l’on en croit les membres de sa délégation auxquels il aurait fait part de son mécontentement sur la manière peu élégante avec laquelle il a été traité lors de la cérémonie d’ouverture du Chan. Tout le monde aura remarqué que ce dernier n’a pas prononcé d’allocution contrairement à la tradition de cette compétition, il n’aura même pas l’occasion de remercier le Maroc pour avoir accepté d’organiser ce championnat dans un temps record. Il faut dire que le programme avait été chamboulé par le comité d’organisation marocain pour permettre au prince héritier Moulay Hassan d’aller saluer les joueurs et les arbitres sur la pelouse et donner le coup d’envoi officiel, ballon au pied.

Le secrétaire général de la Caf n’était pas au bout de ses peines puisqu’en remontant à la tribune officielle, il devait découvrir, que contrairement à l’usage, il n’avait pas été placé aux côtés du prince héritier entouré par les seuls, Rachid Talbi Alami ministre de la jeunesse et des sports et Faouzi Lakjaa président de la Fédération Royale Marocaine de Football.

Deux impairs et non pas des oublis qui ont vivement déçu le patron du football africain qui se vantait, il y a encore quelques jours, d’être un grand ami du Maroc qu’il comptait soutenir pour la candidature du Royaume à la Coupe du Monde 2026. Est-ce qu’il aura changé d’avis entre-temps?  Est ce que ses relations avec le président de la fédération marocaine et ami Faouzi Lakjaa vont-elles se ressentir de ses erreurs protocolaires?  L’avenir le dira avant la fin du Chan.

Par Jalil Nouri

 

Commentaires