LES FACS EN EFFERVESCENCE

LES FACS EN EFFERVESCENCE

205
0
PARTAGER

Une situation assez préoccupante qui a poussé les enseignants réunis sous la bannière du syndicat SNESUP, à se mobiliser dès maintenant et à appeler à une grève générale le 8 novembre prochain, pour disent-ils, alerter la tutelle sur l’urgence de la situation.

Ils parlent de situation intenable pour étayer leur propos. Déficits d’enseignants, classes et amphis surchargés, conditions de travail déplorables, ils craignent de voir cette année universitaire connaitre des perturbations en tous genres qui viendraient rompre avec le climat relativement calme de ces dernières années qui n’ont pas connu de débrayages de la part des enseignants-chercheurs. Ces derniers ne réclament ni augmentations salariales ni avancement dans la fonction publique, mais seulement des moyens matériels et des conditions de travail favorables, choses qui font défaut actuellement et qui assombrissent l’avenir des étudiants de plus en plus attirés par des filières spécialisées, ouvertes sur le marché du travail.

Pour l’instant, le ministre de tutelle, le PJDiste,  Lahcen Daoudi ne s’est soucié que du volet sécuritaire au sein du campus après une série d’affrontements entre étudiants et d’agressions de la part de certains groupuscules radicaux. Cette grève qui se prépare sera son premier test devant les syndicats. Des syndicats en surchauffe qui pourraient allumer l’étincelle d’une année mouvementée, synonyme d’année blanche pour certains étudiants d’après les multiples expériences passées.

 

Jalil Nouri pour actu-maroc.com

 

 

Commentaires