PARTAGER

Des femmes se sont lancées dimanche pour la première fois dans une campagne électorale en Arabie saoudite, un royaume ultra-conservateur où elles sont soumises à de nombreuses restrictions, comme l’interdiction de conduire.

Les élections municipales du 12 décembre, précédées par 12 jours de campagne, sont les premières à être ouvertes aux femmes en tant qu’électrices et candidates.

Environ 900 Saoudiennes, sur un total de 7.000 candidats, se présentent pour un siège dans les 284 conseils municipaux.

« Nous allons voter pour des femmes même si nous ne savons rien d’elles », a témoigné dimanche Oum Fawaz, une jeune institutrice de Hafr al-Baten (nord-est). « Il suffit qu’elles soient des femmes comme nous ».

Ahmed, un fonctionnaire de cette ville, indique ne pas avoir de problème avec la présence de candidates. « Pourquoi pas? De toute façon, elles sont là juste pour la figuration ».

« C’est l’une des premières étapes pour les droits des femmes », se félicite Sahar Hassan Nasief, une militante de la ville côtière de Jeddah, dans l’ouest du royaume, qui compte beaucoup d’amies parmi les candidates.

Les Saoudiens, eux, ont déjà voté deux fois pour des élections municipales, en 2005 et 2011. C’est cette année-là, dans la foulée des printemps arabes, que le roi Abdallah avait accordé aux Saoudiennes le droit de vote et d’éligibilité.

Deux ans plus tard, il avait nommé des femmes au Majlis al-Choura, un conseil consultatif.

L’entrée des Saoudiennes sur la scène politique est un défi de taille dans un royaume qui applique une version rigoriste de l’islam, qui ne compte aucune femme ministre et est le seul pays au monde où les femmes n’ont pas le droit de conduire.

En Arabie saoudite, les femmes ne sont autorisées à sortir en public qu’à la condition d’être couvertes de la tête aux pieds. Et elles ne peuvent pas travailler, se marier ou voyager sans autorisation de leur mari ou d’un homme de leur famille.

Si un timide processus d’ouverture a été engagé sous le règne du roi Abdallah (2005-2015), la route vers l’égalité des sexes et une meilleure visibilité des femmes dans l’espace public demeure jalonnée d’obstacles

Commentaires