PARTAGER
Bien avant que la campagne électorale ne soit enclenchée, le ministère de l’intérieur s’est lancé dans une grande opération de vérification des trésoreries des formations politiques, histoire de voir si elles sont conformes aux déclarations et à la loi.
Bien avant cette démarche, ce ministère avait exigé des partis qui n’avaient pas justifié leurs dépenses lors des dernières consultations , de rendre la différence des sommes non utilisées pour être à jour au niveau de leur comptabilité.
Force est de constater que bon nombre de ces partis n’ont pas répondu à cette injonction au risque de se voir éliminer de la liste des prochaines subventions et d’être traînés devant les tribunaux, raison pour laquelle nous avons vu un dirigeant d’une formation dégainer son chéquier personnel pour régulariser la situation financière de son parti et éviter toute complication.
L’autre tracas de ce ministère, toujours en confrontation avec le parti du chef du gouvernement sur les lois électorales, est de veiller à ce que les dons dont bénéficient généreusement la formation des islamistes du PJD de la part de ses militants, ne viennent parasiter la campagne électorale et rajouter à la cacophonie ambiante entre les différents acteurs majeurs de la scène politique qui concentreront leurs critiques et leurs accusations sur ces derniers jusqu’à la tenue du scrutin du 7 octobre.

Commentaires