Les Français font moins de crédit

Les Français font moins de crédit

347
0
PARTAGER

 

« C’est un marché qui est en fort retrait par rapport aux productions enregistrées en 2006 et 2007″, observe Pascal Roussarie, porte-parole de Cetelem (groupe BNP Paribas). Responsable de l’Observatoire, Michel Mouillart y voit « la conséquence de deux années de crise », mais aussi « des adaptations du comportement de ménages qui vont à l’essentiel et délaissent le superflu ». Le crédit à la consommation devient donc d' »usage moins fréquent pour financer des dépenses de loisirs et de vacances », selon l’étude, ce alors qu’il offre actuellement des taux parmi les plus bas jamais vu.
Ce recentrage n’avait pas été observé lors de la précédente crise majeure, au début des années 1990, assure Michel Mouillart. M. Roussarie assure aussi que « le contexte médiatique a joué, notamment pour le crédit renouvelable, qui fait de l’objet de nombreuses critiques », alimentées par les débats autour de la loi Lagarde, adoptée en juin 2010.

Autre élément d’explication, « lorsqu’ils continuent à acheter, les consommateurs font le choix de biens de moindre coût » et empruntent donc moins pour les financer, selon une autre étude publiée mercredi par Crédit Agricole Consumer Finance.
« Le montant moyen d’un dossier de financement d’une automobile neuve a ainsi diminué de 14% en deux ans (2008 et 2009) alors que les immatriculations progressaient sur la même période », ajoute l’étude. Cette baisse aurait pu être beaucoup plus marquée si elle n’avait été masquée par la prime à la casse, qui a dopé le crédit automobile en 2010. L’effet prime à la casse a même été tel qu’il a permis, avec le phénomène des rachats de crédit (des crédits anciens reficelés en nouveaux crédits), de faire légèrement progresser le volume des crédits à la consommation par rapport à 2009. Le manque de visibilité économique des ménages ainsi que la perspective d’un chômage toujours élevé laissent présager une année nouvelle année difficile pour le crédit à la consommation en 2011.
Seuls 4,1% d’entre eux ont l’intention de souscrire un crédit à la consommation dans les six prochains mois, de loin le niveau le plus faible de ces dix dernières années.
« Le second semestre pourrait marquer une amélioration, mais il ne faut quand même pas rêver pour 2011″, professe Michel Mouillart.

Après avoir puisé dans leur épargne pour maintenir leur niveau de vie et de consommation, les Français veulent maintenant la reconstituer, selon Pascal Roussarie. L’entrée en vigueur des dernières mesures de la loi Lagarde au printemps pourraient également faire souffler un vent contraire sur le crédit à la consommation à court terme. « On va basculer dans une autre façon de faire du crédit à la consommation », prévoit Pascal Roussarie. Pour autant, au-delà d’une période de transition qui pourrait dépasser 2011, un retour en grâce du crédit à la consommation n’est pas à exclure. « Il suffit que l’environnement s’améliore de manière très sensible pour qu’on oublie ce qu’ont été les années noires de la crise », estime Michel Mouillart.

 

______________________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires