PARTAGER
Phénomène inquiétant depuis quelques années que celui des déclarations incontrôlées des chefs de partis politiques. Jusqu’à une période récente, il était rare de noter un abus de langage ou des propos inappropriés de leur part. Mais l’ère des réseaux sociaux et des sites électroniques d’informations est venue changer la donne en passant leurs déclarations au peigne fin.
La dernière déclaration polémique de Hamid Chabat n’est que l’aboutissement d’une longue série d’impairs qui mettent à nu le manque de préparation des leaders politiques pour exercer leur responsabilité et leur refus de s’assurer les services d’experts en communication politique qui leur épargneraient le sort peu enviable que vit aujourd’hui, le chef du parti de l’Istiqlal, un récidiviste du dérapage verbal, mais il n’est pas le seul à être dans ce cas.
Avant lui, la palme revient au chef du gouvernement et leader islamiste, Abdelilah Benkirane à qui revient la palme des sorties de piste et dont le mandat a été perlé de déclarations aussi abracadabrantes les unes que les autres, dont la dernière a failli créer une crise avec la Russie.
Dans ce trio de tête, figure également Nabil Benabdellah, le chef du PPS qui a la particularité d’être le seul responsable politique à avoir été sermonné dans un communiqué du palais royal pour des propos jugés irresponsables.
La liste est encore longue et promet bien de nouvelles surprises.

Commentaires