Maison A la une LES GARES FERROVIAIRES MAROCAINES PERDENT LEUR ÂME

LES GARES FERROVIAIRES MAROCAINES PERDENT LEUR ÂME

817
0
PARTAGER

La frénésie de la modernisation des gares ferroviaires du pays n’a plus de limite sous la direction du numéro 1 de l’ONCF, Rabie Khlie, un homme hanté par la rentabilisation à tout prix de leurs espaces.

Si la rénovation de celles de Marrakech, Casablanca et Fez étaient déjà discutables pour sa qualité esthétique, celles de Rabat-Ville et Rabat Agdal relèvent tout simplement d’un crime contre leur histoire en tant que patrimoine architectural et de la divagation des responsables en charge de cette destruction aveugle sans alternative de qualité et sans souci de préservation d’un pan de la mémoire des marocains et de l’histoire du transport ferroviaire. Les deux gares de la capitale sont devenues des monstres d’acier et de béton ressemblant à de grands ateliers d’usines, grisâtres, tristes et sombres, sans le moindre rayon de soleil… des gares sans âme en somme, pour satisfaire non pas le confort des passagers, mais la rentabilité des nouveaux espaces à commercialiser.

Si la préférence a été donnée à ce style pour donner une image moderne, force est de constater que le résultat final est un pur gâchis, sans parler des désagréments non maîtrisés, causés aux passagers depuis de longs mois, sans le moindre mot d’excuse pour un escalateur en panne depuis un an à la gare de Rabat-Ville. L’imagination n’est décidément pas au pouvoir à l’ONCF mais les fautes de gouts y sont en revanche, légion.

Par Jalil Nouri

Actu-maroc.com

Commentaires