Les gouvernements arabes prudents ou silencieux après la chute de Ben Ali

Les gouvernements arabes prudents ou silencieux après la chute de Ben Ali

228
0
PARTAGER

Alors que de nombreux pays occidentaux ont plaidé pour une transition pacifique vers la démocratie, la rue arabe a fait savoir son soutien au soulèvement tunisien, mais dans la région, dominée par des régimes autoritaires, la plupart des gouvernements restaient prudents.

 

La déchéance de M. Ben Ali est un avertissement pour eux, face à des populations en proie à des problèmes souvent proches de ceux des Tunisiens.

La Ligue arabe, qui siège au Caire, a demandé « à toutes les forces politiques, ainsi qu’aux représentants de la société tunisienne et aux officiels, d’être unis pour le bien du peuple et pour réaliser la paix civile ».
La Ligue appelle de ses voeux un « consensus national qui permette de sortir le pays de la crise tout en garantissant le respect de la volonté du peuple tunisien ».

Le Qatar « respecte la volonté et le choix du peuple tunisien », et « s’engage à (maintenir) ses solides relations avec le peuple tunisien (…) dans l’intérêt des deux pays frères, » a déclaré le porte-parole de son ministère des Affaires étrangères.

L’Egypte a elle aussi affirmé « son respect des choix du peuple tunisien » et s’est dit « confiante que la sagesse des frères tunisiens les incitera à la retenue et empêchera le pays de plonger dans le chaos », dans un communiqué des Affaires étrangères.

Au Caire, dès vendredi soir, des dizaines d’Egyptiens avaient partagé l’enthousiasme d’un groupe de Tunisiens qui célébraient devant leur ambassade le départ de M. Ben Ali, aux cris de « Ecoutez les Tunisiens, c’est votre tour les Egyptiens ».

En Jordanie, où la grogne monte contre l’inflation et le chômage, une cinquantaine de syndicalistes ont organisé un sit-in samedi devant l’ambassade de Tunisie à Amman et appelé à la propagation de « la révolution tunisienne ».

Un député sunnite irakien, Talal Zobaie, qui mène le courant modéré au sein du bloc Irakiya d’Iyad Allawi, a souligné dans un courriel que ces évènements constituent « un avertissement très clair à tous les dictateurs et régimes totalitaires de la région, qui négligent leurs peuples et ignorent leurs droits démocratiques fondamentaux ».

Au Koweït, seuls les députés de l’opposition islamiste ont réagi, saluant « le courage du peuple tunisien » qui a « montré l’exemple, et envoyé des messages par dizaines aux régimes arabes ».

L’Arabie saoudite s’est cantonnée à confirmer officiellement avoir donné refuge à M. Ben Ali « en considération pour les circonstances exceptionnelles que traverse le peuple tunisien ».

Le numéro un libyen Mouammar Kadhafi doit s’adresser samedi « au peuple tunisien frère », a indiqué l’agence libyenne Jana, ajoutant que le président tunisien déchu « s’est entretenu samedi au téléphone » avec le colonel Khadafi, avec qui il entretenait des relations privilégiées.

Dans un communiqué tout en prudence, l’Organisation de libération de la palestine (OLP) a rendu hommage « au courage sans précédent des Tunisiens et au sacrifice héroïque (dont ils ont fait preuve) pour parvenir à leurs exigences ».

L’OLP, qui regroupe les principaux mouvements palestiniens à l’exception du Hamas et du Jihad islamique, n’a pas mentionné le dirigeant déchu, dont elle était proche.

« Nous soutenons nos frères, le peuple de Tunisie, dans le choix de leurs dirigeants, quels que soient les sacrifices à payer », a pour sa part déclaré le ministre de l’Intérieur du Hamas, Fathi Hammad, saluant « une mise en application de la volonté du peuple qui a été patient pendant de longues années ».

AFP

Commentaires