LES GRANDS ENTRETIENS DE JALIL NOURI. INVITE : YOUNES AJERRAI...

LES GRANDS ENTRETIENS DE JALIL NOURI. INVITE : YOUNES AJERRAI MEMBRE DU CMME

353
0
PARTAGER

Actu-Maroc – Nous avons vécu ces deux journées des moments exceptionnels avec des personnalités extraordinaires du domaine du sport toutes disciplines et générations confondues, d’anciennes gloires du foot-ball qui à travers leurs témoignages nous ont fait oublier la débâcle de nos équipes dans certaines disciplines. Avant de dresser un bilan de ce colloque, ce que l’on retiendra avant tout c’est cette émotion de retrouvailles qui a embaumé ce colloque. Partagez-vous cet avis ?

Y.A. – Effectivement et vous avez parfaitement raison de le souligner, quelques grandes et légendaires figures du sport en avaient parfois les larmes aux yeux de pouvoir se remémorer leurs souvenirs inoubliables, leur complicité sur les aires de jeu, particulièremenjt chez les footballeurs comme Abderahman Belmahjoub, Hassan Akesbi, Brahim Tatum et la liste est longue. Nous avons pu également assister aux retrouvailles d’autres champions comme Said Aouita, Hicham El Guerrouj, Hicham Arazi pour le tennis ou bien encore Khalid Rahilou pour la boxe. D’autres célébrités ont pu se joindre à nous à cause de leurs engagements respectifs. Nous les remercions tout de même de continuer à porter très haut le drapeau national et de faire honneur à leur pays.

Actu-Maroc – Pour en revenir au bilan de ce colloque, quels sont les grands enseignements que l’on peut en tirer ?

Y.A.- Il y a un premier point sur lequel nous nous devons d’insister c’est que c’est la première fois qu’autant de champions dans leurs parcours respectifs ont pu communiquer entre eux, échanger leurs points de vue en tissant la trame transgénérationnelle d’une nouvelle famille. Ce passage de témoin est un grand acquis et l’on ne peut qu’en tirer une légitime fierté. En deuxième lieu, il y a lieu de noter que grâce à la thématique de ce colloque telle qu’elle a été conçue et définie, l’aspect historique est important pour ne pas dire fondamental. Nous avons pu remonter le cours de l’histoire pour que ces pages glorieuses du sport marocain ne tombent dans l’oubli. Tous les participants se sont accordés à dire qu’il est urgent d’avoir un devoir de mémoire et d’écrire cette histoire du sport puisque bon nombre de ces prestigieuses individualités dont disparu et emporté avec eux leur histoire sans rien laisser aux générations suivantes. D’autres sont dans un âge très avancé et qu’à Dieu ne plaise sont appelés à disparaitre un jour ou l’autre. Il est donc urgent de travailler dans ce sens. Pour notre part au sein du conseil, nous avons pris l’initiative de confier à un certain nombre de doctorants une mission de recherche et de documentation sur chaque profil pour enrichir cette mémoire du sport national.

Actu-Maroc – Un autre point saillant à retenir ?

Y.A. – Le deuxième point et tout le monde en a convenu c’est l’absence de travail scientifique sur le sport national. Il faut garder à l’esprit et c’est une évidence, si le sport c’est du loisir et du spectacle, c’est également une économie, il y a aussi la médecine du sport, la nutrition, la culture du sport et j’en passe. Toute cette diversité et cette richesse nécessitent un travail de fond, un travail de recherche et de connaissance scientifique. Du reste c’est pour cette raison que nous avons programmé des panels chargés de cette question avec la participation de chercheurs de renom. Nous nous fixons donc comme objectif d’écrire le sport et de définir les contours d’une sociologie du sport. Cette démarche ou cette mission doit être confiée aux universités et aux chercheurs pour que ce travail ait une réelle consistance et une portée scientifique.                                                                                                                                                         Et puis le troisième élément à retenir toujours en rapport avec le thème du colloque, ce sont les enjeux. A ce propos, il faut tout d’abord noter que l’immigration change les phénomènes de rajeunissement de cette immigration, de sa féminisation, de son intégration dont les pays d’accueil font qu’il y a une profonde métamorphose de cette immigration. Ce paysage est d’autant plus nouveau qu’on assiste également et de manière tangible à une tendance vers l’installation irréversible dans les pays de résidence.  Tous ces éléments combinés font que nous avons aujourd’hui des générations nées et socialisées dans leurs pays de résidence ou plutôt de naissance pour être plus précis. Voilà pourquoi se pose aujourd’hui avec acuité, la question de l’identité sportive.

Actu-Maroc – Vous évoquez là , je pense, la douloureuse question du choix des couleurs à porter, c’est un grand dilemme ?

Y.A. – Tout à fait. Il ne faut pas oublier que tous ces gens sont français, belges, allemands ou hollandais, mais ils restent également marocains. Maintenant, ce qu’il y a lieu de faire, c’est de réfléchir à la panoplie d’outils et moyens à mettre en œuvre pour, je dirai entre guillemets, séduire ces jeunes. Nous devons réfléchir différemment. On ne peut pas aller voir un talent, bien intégré ou plutôt enraciné dans son pays de naissance et lui proposer à la veille d’une grande échéance de porter les couleurs du Maroc. Ces sportifs de haut niveau ont migré sans jeu de mots vers d’autres disciplines. On ne les retrouve plus qu’au football. Ils sont dans  les arts martiaux, il y a même un président de fédération suédoise de taekwondo d’origine marocaine. On en trouve dans d’autres sports comme le ski, le hockey sur glace, l’escrime, l’athlétisme… Tout cela pour vous dire. Pour eux, ce n’est pas une trahison que de porter les couleurs avec fierté de leurs pays de naissance.
Ce potentiel énorme mérite une autre approche à laquelle il faut réfléchir sans plus attendre. Une des mesures à prendre, c’est de créer un système de veille stratégique pour pouvoir détecter dès le plus jeune âge ces graines de champion et essayer de comprendre leurs motivations sans heurts ni esprit chauvin afin de les préparer sur le long terme. Cela fait partie, je pense, de ces outils ou moyens dont j’ai déjà parlé. Pour cela, il faudra également mettre à contribution d’anciens champions mondiaux en évitant surtout de leur coller l’image d’agents recruteurs avec des valises bourrées d’argent. Pour conclure, je dirai que notre conseil planche dans le cadre de notre offre culturelle globale inscrite dans notre rapport qui sera bientôt soumis à Sa Majesté le Roi, d’inclure dans cette offre et pour la partie sportive d’organiser des tournées dans ces pays où réside ce potentiel, avec ces grandes figures du sport national afin qu’il puisse agir comme relais et parler à ces jeunes et futurs champions. Ce sera une amorce pour détecter d’abord et séduire après.

Commentaires