LES GRANDS ENTRETIENS DE JALIL NOURI : INVITEE MADAME ASMAA MOUHIB

LES GRANDS ENTRETIENS DE JALIL NOURI : INVITEE MADAME ASMAA MOUHIB

347
0
PARTAGER

En l’accueillant au Maroc après avoir bataillé dur pour cela, le comité d’organisation, réuni autour de sa présidente mise sur sa réussite en s’y préparant depuis plusieurs mois avant la date fatidique du 23 Novembre, date de son ouverture. Asmâa Ouahib fait le point sur cette importante manifestation au cours de cet entretien.
ACTU-MAROC : Quels sont les éléments qui sous-tendent la philosophie de l’organisation d’un tel événement ?

Mme. Mouhib: l’organisation d’un tel événement découle de la stratégie arrêtée par notre Union à l’occasion de la tenue de son 8eme congrès qui a eu lieu l’année dernière à Skhirat sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI et la Présidence Effective de Son Altesse Royale la Princesse Lalla Hasnaa.
C’est ainsi qu’il a été décidé par les 16 Etats membres de créer un événement annuel en vue de pouvoir faire le point sur l’état de l’investissement féminin et arrêter les mesures nécessaires pour  en assurer l’accompagnement et la promotion.
Le Royaume du Maroc a été choisi à l’unanimité pour abriter cet événement.

ACTU-MAROC : Quels objectifs pensez vous atteindre en mettant sur pied un forum international d’une telle dimension ?
Mme. Mouhib : De par notre caractère et notre rôle au niveau international et  diplomatique nous visons à créer les synergies nécessaires pour faire adhérer les femmes investisseurs, à travers le monde arabe et au niveau international, à une stratégie d’action capable de leur faire reconnaitre leur rôle et leur place dans le développement économique de leurs pays.
C’est ainsi que notre Carrefour va traiter plusieurs thématiques d’ordre géostratégique :je cite : la gouvernance économique mondiale, les exigences de l’intégration économique, le partenariat public-privé, les secteurs porteurs de l’intégration  économique régionale, le rôle et la place de l’investissement féminin, le développement humain et la promotion de la femme, etc.… Comme vous pouvez le constater à travers l’analyse de ces questions et la présence de plus de 50 pays, 20 organismes internationaux, plusieurs ministres et experts nationaux et internationaux nous allons certainement pouvoir arrêter et recommander les mesures nécessaires pour d’une part étudier l’intégration économique du monde arabe mais, également celles nécessaires pour accompagner et promouvoir la femme d’une manière générale.
Nous visons également à travers cette manifestation à créer les conditions nécessaires pour la conclusion d’affaires entre les différents investisseurs qui seront présents, primer celles qui ont contribué au développement de la femme investisseur et enfin jeter les jalons de l’intégration économique, souhaitée depuis longtemps.
ACTU-MAROC : Ce Souk (carrefour) international de l’investissement orienté exclusivement et dédié aux femmes arabes ne risque-t-il pas de les placer dans une sorte de ghetto économique?
Mme. Mouhib: Pour nous, ce Carrefour International de l’Investissement est un moment fort, il va nous permettre tout d’abord de faire le point sur les Investissements Interarabes et sur les possibilités de complémentarité entre eux ensuite d’identifier les obstacles à leur intégration. Nous cherchons donc en premier lieu  à clarifier les situations pour arrêter ce qui ‘il faut faire et par la même occasion nous pensons que nous avons le droit de faire le point sur la Femme Investisseur car comme vous pouvez le constater sur les trois jours que dure le Carrefour, il y a tout juste 2 séances qui seront dédiées à la femme en général et investisseurs en particulier, ce qui ne représente que le sixième du programme, alors que toutes les statistiques démontrent que la femme investisseur représente 50% de la population.
Mon objectif en tant que présidente n’a jamais été d’opposer les femmes aux hommes mais de voir ce qu’on peut faire ensemble pour une bonne intégration économique.
ACTU-MAROC : En termes de participation vous incluez des pays africains non-arabes, peut on savoir pourquoi ?
Mme. Mouhib: Le Souk est ouvert à tous les continents, à toutes les femmes du monde, même s’il est organisé par la femme arabe. Je vois qu’ il  est naturel qu’ il soit ouvert sur les plus  proches , nos amis africains .La femme arabe et africaine ont un certain nombre de traits communs et se trouvent de manière naturelle impliquées dans un certain nombre de luttes pour faire avancer leurs statuts dans leurs sociétés respectives .
ACTU-MAROC : Quelles seront les retombées directes et à court ou moyen terme au niveau de l’investissement au Maroc ?
Mme. Mouhib : L’organisation d’une manifestation d’une telle ampleur vise bien entendu à favoriser toutes les actions conduisant à la conclusion d’accords d’investissements. Cet événement offrira la possibilité à l’ensemble des participants à travers un benchmarking à aller dans ce sens. C’est d’ailleurs l’un de nos objectifs majeurs pour lequel nous avons dédiés des espaces privilégiés pour faciliter la conclusion des affaires à travers la création d’un espace intitulé Bourse de l’investissement et un autre pour le B to B.
Nous pensons que les conditions sont propices pour tout le monde, pour conclure des affaires, il appartiendra donc aux demandeurs d’investissement de pouvoir séduire les offreurs. Le Maroc est certainement bien outillé pour cela, il bénéficie d’un attrait particulier chez les investisseuses arabes.
ACTU-MAROC :   Prônerez-vous au cours de ce carrefour, la nécessité d’une redynamisation de l’UMA, l’Union de Maghreb Arabe et son préalable, la réouverture des frontières entre le Maroc et l’Algérie et quel serait le cas échéant le message que vous passerez et la méthodologie que vous avancerez ?
Mme. Mouhib : Nous sommes une organisation de femmes arabes qui regroupe l’ensemble des pays arabes et donc notre rôle est d’agir en vue d’unifier cette patrie, celle-ci commence par le Maghreb et s’étend à l’ensemble des autres pays.
Nous voulons à travers ce souk développer et renforcer le réseautage, lever les obstacles qui se dressent devant notre unité, inciter les pouvoirs publics à mettre en place des politiques favorisants l’intégration économique régionale.
Notre souci majeur est de dépasser nos différences. La réouverture des frontières entre le Maroc et l’Algérie est aujourd’hui une nécessité pour le Maghreb de demain.

Interview : Jalil Nouri

Photo: Younes Sounni

 

Commentaires