LES GRANDS ENTRETIENS DE JALIL NOURI : INVITEE -SORAYA BADRAOUI-

LES GRANDS ENTRETIENS DE JALIL NOURI : INVITEE -SORAYA BADRAOUI-

485
0
PARTAGER

ACTU-MAROC :  Celà fait quoi d’avoir 10 ans  de militantisme et de combat pour la promotion de l’entreprenariat féminin?

Soraya Badaraoui: Celà fait certainement très chaud au cœur, il y a forcément beaucoup d’émotion dans ces retrouvailles. Il y a également de la modestie au vu des résultats obtenus à ce jour et de la ténacité à cultiver au vu du long chemin qui reste à parcourir. Je tiens à préciser que ce n’est pas un combat de féministes, ni corporatiste, mais plutôt un engagement économique citoyen, ferme, vis à vis de nous-mêmes et notre genre, afin que nous puissions jouer pleinement notre rôle au niveau du tissu économique national. Enfin, nous espérons œuvrer en faveur de notre pays et son développement. Nous pouvons être modestement fières aujourd’hui de cet engagement et des résultats obtenus.

ACTU-MAROC :  L’Afem a été créée avec l’avènement de la nouvelle ère. Existerait-il au sein de celle-ci, une philosophie qui a émergé pour correspondre à un changement d’approche?

Soraya Badaraoui: Il est vrai que cette philosophie se base sur une logique: celle de l’inclusion. Celle-ci, développée dans les orientations royales fait référence de manière globale à la lutte contre toutes les formes de pauvreté et à la participation active, sans discrimination, de toute la population, à la création et à la diffusion de richesse dans le cadre d’un développement durable.

ACTU-MAROC : Pourriez-vous nous dire quel est le rapport avec l’entreprenariat féminin?

Soraya Badaraoui: J’y arrive. Dans ce sens, l’intégration de la femme dans ce processus de création de valeurs et d’emploi, à travers l’entreprenariat précisément, constitue un levier et un gage de succès.

ACTU-MAROC: Quels sont les objectifs de l’étude que vous venez de présenter à l’occasion de cet anniversaire?

Soraya Badaraoui: Il faut savoir que cette étude qui fait un état des lieux , se base sur la dynamique de l’évolution de l’entreprenariat féminin afin de développer un argumentaire solide d’un plaidoyer national afin que nous puissions tirer le meilleur avantage des programmes mis en œuvre par les pouvoirs publics afin d’être en mesure de formuler des plans d’action destinés à soutenir la femme entrepreneure au Maroc.

ACTU-MAROC : Quel constat faites-vous justement aujourd’hui sur l’état de la dynamique entrepreneuriale féminine au Maroc?

Soraya Badaraoui: Très généralement, les femmes recensées sont à la tête de PME et PMI. Une grande majorité des personnes interrogées dans le cadre de cette étude, qui fera référence j’en suis persuadée, estiment à 98% qu’il existe un mouvement croissant de l’entreprenariat au féminin.
Deuxième élément important à  retenir, c’est que cette dynamique est largement corroborée par les chiffres officiels qui démontrent que sur la période 2005-2009, il y a une forte propension à la création d’entreprises dirigées par des femmes.
Troisième tendance à souligner enfin, toutes ces entreprises crées par des femmes se concentrent sur l’axe Casa-Rabat, elles sont très en phase avec les priorités nationales, ce qui nous donnent une visibilité et une présence marquantes dans les suivants par ordre d’importance décroissant: les services, le commerce et les industries.

ACTU-MAROC : Quels sont les quelques freins et obstacles à leur développement?

Soraya Badaraoui: Ce serait fastidieux de les énumérer tous, tellement ils sont multiples et divers. Très brièvement, je retiendrai/3 obstacles et freins récurrents: l’accès au financement, l’accès aux marché, enfin l’appui aux compétences. En revanche, ce que l’on peut retenir des expériences recensées, c’est que ces PME/PMI sont particulièrement vulnérables les cinq premières années de leur existence pour des raisons de différents ordres. Mais deux constantes se dégagent essentiellement, c’est qu’il y a une meilleure résilience de l’entreprenariat féminin, donc moins de faillites et de radiations proportionnellement sur un échantillonnage par rapport aux entreprises dirigées par des hommes. Autre fait marquant et malgré la crise économique, la croissance des entreprises crées par les femmes est affirmée et soutenue, ce qui, bien évidemment nous laisse optimistes.

ACTU-MAROC :   Justement, quelles sont les perspectives et les moyens à mettre en œuvre pour accompagner vos ambitions et votre plan d’action futur?

Soraya Badaraoui: En filigrane de ce que je viens d’avancer, nous devrions bénéficier de mesures de soutien prioritaires comme des instruments de financement appropriés et garantis, mener un programme de sensibilisation pour le développement des compétences et enfin créer un tissu de réseautage et des structures de solidarité à plusieurs niveaux.

ACTU-MAROC : En guise de conclusion, L’AFEM envisagerait-elle d’autres priorités urgentes ?

Soraya Badaraoui : Tout à fait, il nous parait essentiel et primordial de nous doter d’un Observatoire de l’Entreprenariat au Féminin, l’OEF et d’élaborer une charte spécifique intitulée, WOMAN BUSINESS ACT (W.B.A)

Commentaires