LES HOMOSEXUELS MAROCAINS BRISENT LE SILENCE ET RÉCLAMENT LEURS DROITS

LES HOMOSEXUELS MAROCAINS BRISENT LE SILENCE ET RÉCLAMENT LEURS DROITS

1867
0
PARTAGER

Profitant de la tenue de la journée internationale des gays le 17 mai,
les homosexuels marocains ont décidé de sortir leurs griffes pour
demander ouvertement le respect de leurs droits à la différence.

Réunis dans un collectif appelé « Aswat » et soutenu par des figures
influentes du tissu associatif en charge des droits de l’homme, ils
ont publié un manifeste et lancé leur nouveau mot d’ordre: l’amour
n’est pas un crime. Une manière d’exiger la fin de la discrimination
qu’ils subissent de la part des autorités et de leurs concitoyens et
de la répression qu’ils subissent au quotidien pour afficher leur
spécificité. Cette sortie inhabituelle n’est pas fortuite car elle
intervient au moment où est discuté le projet de nouveau code pénal
qui prévoit un durcissement à leur égard. En effet, alors que l’actuel
article 489 prévoit une peine de 3 à 6 mois de prison et une amende de
200 à 1000 dirhams d’amende en cas d’arrestation pour un acte contre
nature entre deux individus du même sexe, le nouveau texte prévoit la
même peine de prison mais fait passer l’amende de 2000 à 20 000 dhs.
Pour finir, ils demandent que cessent toutes les arrestations et
formes de discrimination et de répression de citoyens marocains pour
leur orientation sexuelle et s’engagent à poursuivre leur combat
jusqu’à la satisfaction de leur plate forme revendicative qu’ils
viennent de dévoiler pour briser les tabous et mettre fin à
l’ostracisme dont ils se disent victimes.

Commentaires