PARTAGER

Curieusement , ce n’est pas avec les plus grandes affiches que l’on fait le plein des hôtels de la capitale qui affichent quasiment complet cette année, pour les mieux classés d’entre eux. Car, il faut bien le dire, le programme offert cette année reste relativement modeste par rapport aux éditions précédentes, mais cela n’empêche pas les organisateurs de prévoir une affluence globale record de 2 millions de visiteurs.

Pour le coup, les hôtels classés de la capitale, une cinquantaine environ, déclarent crouler sous les réservations qu’ils ne peuvent satisfaire, ce qui les oblige parfois à être en situation de « surbooking », un phénomène jamais enregistré par le passé de toute l’histoire de la capitale du royaume dont les opérateurs se frottent les mains à longueur de journée, d’autant plus qu’il s’agit de clients individuels payant le plein tarif et non pas ceux entrant dans le cadre de voyages organisés bénéficiant de conditions avantageuses.

Ailleurs, le même sentiment de satisfaction prévaut depuis le début du festival vendredi. Restaurants, cafés et commerces sont en effervescence beaucoup plus que d’habitude alors que les chauffeurs de taxi parlent de véritable aubaine qui les oblige à faire des heures supplémentaires sans travailler avec le compteur, pourtant obligatoire.

Tous parleront longtemps encore de cette édition 2017 du festival »Mawazine » qui s’annonce d’ores et déjà comme la plus lucrative depuis que l’événement existe, selon eux.

Commentaires