Les incohérences de la lutte anti-terrorisme au Maroc

Les incohérences de la lutte anti-terrorisme au Maroc

343
0
PARTAGER

Il est évident que des moyens de prévention  n’ont pas été mis en place et qu’aucune stratégie  concrète  n’a  été adoptée.

En effet, dans notre pays  on a cru bon  et suffisant d’affronter la menace terroriste avec la fameuse « loi contre le  terrorisme », sans prendre le soin de mettre en place des mécanismes de surveillance, de contrôle  et de prévention.

C’est comme si on  espérait vaincre un cancer avec de l’aspirine !
Depuis que la menace a vu le jour et de triste mémoire, depuis les attentats du 16 mai 2003, on avait le  temps d’apporter une réponse adéquate à ce fléau.
Après le 11 septembre 2001, en Europe et  aux Etats-Unis ont été adoptés des plans « vigipirates » qui avaient pour objectif de neutraliser les terroristes avant qu’ils ne puissent commettre l’irréparable .
Chez nous, à part la floraison de sociétés de sécurité  et de gardiennage qui fonctionnent souvent d’une manière rudimentaire puisqu’elles ne disposent pas toujours d’appareils détectant les explosifs à l’entrée des entreprises publiques, des ambassades et des départements publics, c’est franchement un jeu d’enfant de déposer un colis piégé dans un marché, une terrasse de café, un théâtre, une gare, un train, ou chez la consigne d’un supermarché. Cela ne rime à rien car on laisse la porte ouverte au pire. Par contre, il faut  reconnaître que seuls les aéroports sont munis à leurs entrées de radars, de scanners et autres détecteurs d’explosifs.

Pour terminer comment expliquer que des colis piégés circulent sur nos routes comme s’il n’y avait pas de gendarmes, voire dans le cas où ils proviendraient de l’étranger, comment ont-ils pu passer les frontières sans être inquiétés !?

Il en restera toujours quelque chose.

Hafid FASSI FIHRI pour actu-maroc.com__________
Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

 

Commentaires