PARTAGER

Le parti des islamistes du PJD, en campagne pré-électorale, vient de déposer un projet de loi au parlement pour interdire définitivement la consommation de la chicha devenue très populaire dans le royaume mais faisant également de nombreux dégâts au sein de la société, notamment auprès des jeunes lycéens.

Le projet de loi inclus l’interdiction également du narguilé qui a fleuri ces dernières années dans les cafés et crèmeries, les bars et les discothèques ou cabarets à travers le pays.

Si les autorités de certaines villes ont mené des campagnes à répétition contre la consommation de ce produit non illégal sur le papier, elles n’en sont jamais parvenues à bout en raison justement des failles de la législation, ce qui a permis aux commerces fermés de reprendre leurs activités tout à fait normalement après s’être acquittés de leurs amendes.

Le PJD a tendu l’approche des élections dans un peu plus de six mois pour sortir cette carte utile et la jouer pour grignoter des voix au moment où son rival du PAM s’est placé dans le camp adverse en plaidant lui, en prenant à contre-pied les islamistes, pour la légalisation du cannabis et du kif, en se voyant reprocher de se placer à son tour en vue du scrutin de 2016. Dans cette surenchère, on ne s’attend pas à ce que les islamistes réclament l’interdiction de l’alcool aux marocains de manière définitive, une ligne rouge qu’il a fini par accepter pour rester dans le jeu politique.

Commentaires