Les jeunes marocains établis en France informés de la nouvelle dynamique de...

Les jeunes marocains établis en France informés de la nouvelle dynamique de réformes au Maroc

172
0
PARTAGER

L’objectif de cette journée d’étude, sous le thème « Nouvelle génération des réformes : Pour un Maroc tourné vers sa jeunesse », a été de permettre aux jeunes marocains établis en France de rester en contact avec les réalités du pays et de leur offrir les éléments de décryptage des évolutions actuelles et des tendances futures, a précisé le président de l’AEMF, Ahmed Lahlou.

Intervenant à l’ouverture de la rencontre, le Pr. Charles Saint-Prot, directeur de l’Observatoire d’Etudes géostratégiques (OEG-Paris), a passé en revue les réformes annoncées dans le discours royal du 9 mars dernier, qui « s’inscrivent, a-t-il dit, dans la poursuite d’un processus réformiste et de transformations fondamentales dans tous les domaines, lancé depuis une quinzaine d’années.

« La révision constitutionnelle annoncée est le prolongement du grand chantier de la régionalisation ouvert par le Roi en janvier 2010″ et dont le rapport a été rendu au Souverain en janvier de l’année en cours par la commission consultative de la régionalisation, a-t-il précisé.

Le géo-politologue français a, à cet égard, salué la manière dont le Souverain a choisi pour mettre en Âœuvre ce chantier. « Plutôt que de le réaliser par la voie ordinaire de la loi, le Roi a voulu donner à la décentralisation une consécration constitutionnelle », en « associant le peuple à la réorganisation fondamentale de l’Etat » par voie de référendum.

Outre la régionalisation, SM le Roi a lancé deux autres chantiers majeurs : la constitutionnalisation des droits et libertés publiques, et surtout, des organes chargés de les garantir, ainsi que le rééquilibrage et la séparation des pouvoirs dans le respect des principes intangibles de la nation marocaine, a-t-il ajouté.

Il s’agit au total, a-t-il estimé, d' »une évolution significative dans le sens d’un approfondissement démocratique dans le cadre de la spécificité marocaine ».

Evoquant le chantier de la révision constitutionnelle, M. Saint-Prot a mis en garde contre « l’imitation aveugle » des modèles étrangers, souhaitant que le Maroc puisse « éviter les débats stériles » sur cette question et « continuer à évoluer sur un modèle maroco-marocain », pour la simple raison qu' »il n’existe pas un prêt-à-gouverner comme il peut y avoir un prêt-à-porter ».

Pour lui, cette évolution constitutionnelle « ne peut que prendre en considération les grandes constantes de la nation marocaine » ou, ce qu’il appelle « les lois fondamentales de la politique marocaine ».

Ces lois consistent en un islam malékite, combinant harmonieusement tradition et progrès, où le Souverain et Commandeur des croyants est le meilleur garant face à toute les déviations ou interprétations extrémistes, ainsi que la préservation de l’indépendance du pays et de son intégrité territoriale, et le rôle spécifique du Maroc comme espace de transmission entre l’Afrique et le monde européen.

Cette exception marocaine a été également relevée par l’économiste Henri-Louis Védie, professeur à HEC-Paris, qui a souligné que le Maroc « n’aurait pas songé à lancer le chantier de la régionalisation s’il n’y a pas eu un effort considérable en matière d’infrastructures ».

Auteur des livres « Une volonté plus forte que le sable » (2008) et « Maroc: L’épreuve des faits et des réalisations » (2010), M. Védie a mis en exergue l’effort sans précédent, constant depuis 30 ans, déployé par les autorités marocaines pour mettre en valeur les provinces du Sud.

Il a rappelé que pour réussir ce challenge difficile du fait que les provinces sahariennes étaient « désertiques », une « mobilisation financière considérable » a été nécessaire, précisant au passage que dans cet effort de construction des infrastructures de communication (routes, ports, aéroports) d’installation des réseaux de distribution d’eau et d’électricité, d’urbanisation, d’éducation et de santé, le Maroc n’a compté que sur ses « propres ressources ».

Pour sa part, la juriste Naïma Korchi, ancienne cadre du Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR), a mis en avant l’évolution de la démarche marocaine dans le dossier du Sahara, en tant qu’indice « très révélateur de la dynamique du changement opérée dans les dix dernières années au Maroc ».

Après l’avènement de SM le Roi Mohammed VI, on est passé d’une diplomatie traditionnelle à une diplomatie pro-active, axée sur une visibilité diplomatique dans des capitales stratégiques, notamment dans les pays d’Amérique latine qui étaient négligés jusque-là.

Tous ces efforts diplomatiques ont abouti à l’élaboration du plan d’autonomie en 2007 qui a été accueilli comme proposition crédible et sérieuse par la communauté internationale et permis au dossier de sortir du blocage, une dynamique qui a ouvert la voie à l’entame des négociations sur ce conflit qui a trop duré, a-t-elle estimé.

De son côté, l’économiste marocain Camille Sari, a axé son intervention sur l’impératif de l’intégration Maghrébine, seule solution à même de booster la croissance économique des pays de l’UMA.

Auteur d’un récent ouvrage sur le sujet : « L’Algérie et le Maroc : Quelles convergences économiques » (2011), M. Sari a présenté les réalités et perspectives de l’Algérie et du Maroc, avant de proposer une série de mesures pour juguler le chômage et relever le niveau de vie des populations, notamment les couches les plus défavorisées.

Selon lui, trois pistes sont à même de permettre chacune un gain de 2 points de PIB à chacun des deux pays : une lutte implacable contre la corruption et une grande transparence dans le fonctionnement des organisations publiques et privées , une intégration économique maghrébine et enfin une réduction drastique des dépenses militaires.

L’audience a, par ailleurs, pris connaissance de la stratégie nationale de la Jeunesse, présentée par M. Younes El Jaouhari, responsable au ministère de la Jeunesse et des Sports, qui les a incités à s’impliquer davantage dans les chantiers ouverts.

 

MAP________________________

 

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires