PARTAGER

Conséquence des remous qui secouent le parti de l’Istiqlal depuis que son secrétaire général Hamid Chabat se trouve sur la sellette et depuis que ses adversaires le poussent vers la sortie en prévision du prochain congrès, le groupe de presse de la formation se débat dans une crise financière le mettant au bord de l’asphyxie. Avec des caisses presque vides en raison du manque de recettes publicitaires, les deux journaux du parti, « Al Alam et « L’opinion », dont les ventes se sont par ailleurs effondrées, vivent une période de disette ont vu leur direction s’abstenir de payer les salaires du mois de juin, sans perspective d’un retour proche à la normale. Ceci, d’autant plus que certaines sources parlent de la volonté de Hamid Chabat de liquider le groupe de presse avant son départ comme il a décidé de vendre certains biens immobilier de sa formation qui abritent les bureaux régionaux de sa formation ainsi que ceux des journaux précités qu’ils possèdent dans plusieurs villes du pays. sauf que Hamid Chabat ne peut prendre seul une telle décision au vu du passé glorieux de sa presse et de biens qui ne sont pas inscrits à son nom. Cette situation, ces développements ainsi que ses mauvais résultats électoraux  montrent à quel point le parti fondé par Allal El Fassi vit la plus grave crise de son histoire depuis l’arrivée de Hamid Chabat aux commandes.

Commentaires