PARTAGER
Changement de décor pour la contestation dans la ville d’Al Hoceima. Alors que les forces de l’ordre imposaient aux contestataires des goulots d’étranglement en plusieurs points de la ville, elles ont été prises de court le week-end dernier pour découvrir qu’ils avaient trouvé une alternative inattendue, celle d’élargir leurs marches pacifiques aux principales plages qui l’entourent, ou du moins les plus importantes, comme celle de Quemado. Il est très difficile à la police d’intervenir dans un tel espace de villégiature plein à craquer d’estivants et donc d’empêcher les manifestants de lancer leurs slogans habituels contre les pouvoirs publics pour dénoncer ce qu’ils considèrent comme une marginalisation du Rif.
La balle est dans le cas des forces de maintien de l’ordre qui ne peuvent arguer d’un trouble à l’ordre public pour intervenir au milieu des baigneurs à moins de vider la plage de ses visiteurs pour ramener des manifestants vers le centre d’Al Hoceima où ils ne peuvent plus quasiment défiler. La stratégie de contestation urbaine appliquée par les leaders de la contestation montrent à l’évidence qu’ils ne sont pas à court d’idées pour poursuivre leur mouvement, du moins d’ici la fin de l’été au moment où la ville connait un afflux massif de résidents marocains à l’étranger originaires du Rif et de touristes nationaux et étrangers.

Commentaires