Les margines, une grande menace pour la qualité des eaux et l’environnement...

Les margines, une grande menace pour la qualité des eaux et l’environnement à Taounate

682
0
PARTAGER

Une journée d’études organisée en septembre 2012 avait débouché sur plusieurs décisions portant sur la mise à niveau de l’industrie oléicole, un contrôle renforcé des unités traditionnelles de trituration et le lancement d’une étude d’impact environnemental.

Quelques mois plus tard, une commission provinciale, mise en place à l’effet d’assurer le suivi de ces mesures, a décidé la fermeture de 7 unités de trituration qui ne répondent pas aux normes sur les plans environnemental et de l’urbanisme.

La commission n’a pas relâché sa pression sur les propriétaires de ces unités. Ces derniers ont été sommés avant le début de la saison de récolte des olives 2013/2014 de construire des bassins modernes pour la collecte et l’évaporation des margines, de respecter la quantité d’olives maximum autorisée pour le traitement et d’améliorer les conditions d’hygiène dans leurs entreprises.

Mais pour les défenseurs de l’environnement, ces mesures, aussi importantes soient-elles, resteront limitées et ne réussiront pas à lutter de manière efficace contre les effets néfastes des rejets des margines sur le cadre de vie et la qualité des eaux.

Ce qu’il faut, selon eux, c’est de concevoir une stratégie de dépollution industrielle en accompagnant les propriétaires de ces unités à adopter des procédés écologiques dans l’extraction de l’huile d’olive pour l’élimination des margines. Plusieurs systèmes sont utilisés actuellement dans le monde, mais c’est celui dit « à deux phases » qui est le plus écologique et le plus en vogue dans les grands pays producteurs d’olives, comme l’Espagne, l’Italie, la Grèce ou la France.

Ce procédé, qui implique le séchage des grignons, utilise très peu d’eau et ne produit donc pratiquement pas de margines. Le Fonds de dépollution industrielle (FODEP) prévoit d’importantes subventions pour aider les propriétaires d’huileries d’olive à changer de technologie et à opter pour l’utilisation des procédés écologiques d’extraction sans production de margines.

En attendant, les autorités sont appelées à redoubler de vigilance.

Outre un travail continu de sensibilisation sur l’importance du système écologique, elles doivent sévir contre le rejet des margines dans les égouts, les oueds et les barrages, et ne plus autoriser l’ouverture de nouvelles unités utilisant des systèmes d’extraction pollueurs et consommateurs d’eau, donc grands producteurs de margines.

 

 

 

 

 

 

Pour rejoindre la page facebook de votre journal actu-maroc.com, d’autres informations vous attendent, aimez la page en cliquant sur le lien ci-après:  https://www.facebook.com/pages/Actu-Maroccom/107076616014235?ref=ts&fref=ts

Actu-maroc.com

Commentaires