PARTAGER

Le constat est clair et le phénomène de la baisse de la consommation
d’alcool par les marocains ne fait aucun doute. la courbe descendante
a été amorcée dès l’année 2011, ce qui correspond à l’arrivée du
gouvernement islamiste à la tête du gouvernement bien que ce même
gouvernement n’ait jamais tenté de l’interdire formellement aux non
musulmans.

Aujourd’hui, c’est le lobby puissant des producteurs et des
importateurs de vins et spiritueux qui sort de sa réserve pour
demander ouvertement à ce même gouvernement de voler à son secours
pour endiguer la chute des ventes qui avoisinerait les 7% depuis le
début de l’année et qui pourrait atteindre aisément les 20 % selon
toute vraisemblance.

Le manque à gagner pour l’état serait alors très important au vu des
recettes annuelles qu’il a pour habitude d’en tirer. Proposition donc
est faite de réduire la tic, la taxe intérieure sur la consommation
pour rendre les prix des bières et des vins pour les consommateurs à
revenu moyen loin des tarifs appliqués actuellement à l’origine de la
baisse de la consommation, est-il ajouté en précisant que la venu des
islamistes aux affaires avec un repli des citoyens vers la religion et
ses préceptes , les contrôles d’alcoolémie, les restrictions des
horaires des débits de boisson, sont autant de facteurs qui ont
contribué à cette tendance.

Commentaires