LES MAROCAINS DÉFINITIVEMENT FÂCHES AVEC LA POLITIQUE

LES MAROCAINS DÉFINITIVEMENT FÂCHES AVEC LA POLITIQUE

318
0
PARTAGER

Le dernier sondage à ce sujet et que l’on doit à la Fondation de l’ancien leader socialiste Abderrahim Bouabid, menée par le cabinet Averty.ma sur un échantillon représentatif d’un peu plus d’un millier de citoyens en âge de voter est instructif.

Premier enseignement à retenir, si 64% des personnes interrogées estiment que l’action politique est nécessaire pour contribuer au développement du pays, 85% déclarent ne pas militer au sein d’un parti ni s’intéresser à la vie politique. Il s’agit là d’un vrai drame national dont les partis portent l’entière responsabilité, eux qui n’ont jamais tenté de redonner à leur action un semblant de crédibilité et redonner à la politique ses lettres de noblesse pour attirer les nouvelles générations repoussées par le spectacle peu glorieux que leur apportent chaque jour querelles, affaires louches,coups bas. Empêtrés dans les luttes de succession, les formations politiques, autrefois des écoles, ont failli à leur mission.

Piqûre de rappel, seuls 45,7% des sondés déclarent être inscrits sur les listes électorales et 47,1% avoir voté lors des dernières élections, ce qui souligne la désaffection dans les scrutins lors des consultations et qui pousse à croire que les citoyens n’iront pas voter en masse lors des communales de l’été prochain en se retranchant derrière le prétexte de l’inutilité du scrutin sachant que ce sont toujours les mêmes candidats qui se présentent et qui gagnent grâce à l’argent.

Ils sont ainsi 45,9% à penser que les candidats sont des corrompus et 64, 1% à juger nuls les résultats de la gestion des élus communaux actuels. Toutefois et malgré ce lourd passif, 44,3 % se sont déclarés prêts à aller voter lors des prochaines élections communales de juin 2015, 47,5 % justifiant leur décision uniquement par le devoir civique. En revanche, ils sont unanimes à considérer que la tâche première des élus locaux est de veiller au cadre de vie.

Très long reste en effet le chemin à parcourir pour réconcilier les marocains avec la politique et les inciter à voter en masse.

Par Jalil Nouri

Actu-maroc.com _______________________________________

Pour vos publications et vos courriers : actumaroc@yahoo.fr

Commentaires