PARTAGER
Avec plus de 14 millions de personnes connectés à internet, il n’est pas surprenant d’apprendre que la grande majorité des marocains a migré vers une consommation instantanée de l’information à travers les réseaux sociaux et mes dites électroniques au détriment de la presse sur support papier qui accumule les pertes de lecteurs et de recettes publicitaires.
Pour ne pas perdre cette partie du lectorat, de nombreux titres de la presse écrite nationale , se sont dotés de sites d’informations généralistes portant le même titre que le support papier pour sauver les meubles et continuer à fidéliser les lecteurs qui leur font confiance depuis leur première parution afin de conserver leurs acquis, si l’on peut parler ainsi. Car à entendre les échos internes des titres nationaux, rien ne va plus et la profession est au bord de l’asphyxie avec un pied dans la tombe.
Accumulation de dettes, retards dans les cotisations à la caisse de sécurité nationale, difficultés croissantes avec le fisc et menaces de saisie, licenciement, salaires impayés…tout laisse croire que de nombreux titres sont voués à mettre la clé sous le paillasson, d’autant plus que du côté des agences publicitaires et des annonceurs, la balance penche désormais et nettement en faveur de la communication via internet.

Commentaires