Les Maroco-néerlandais : 40 ans sur la voie de l’intégration

Les Maroco-néerlandais : 40 ans sur la voie de l’intégration

321
0
PARTAGER

Par Fadoua Ben Hakka

L’ouvrage « Quarante ans d’immigration marocaine aux Pays-Bas: bilan et perspectives », publié récemment par l’Institut universitaire de la recherche scientifique (Université Mohammed V-Souissi) met en avant les développements et

les spécificités de la communauté marocaine établie en Hollande, ainsi que l’intégration et la participation de cette communauté au sein de la société d’accueil.

La situation des deux premières générations de la communauté marocaine, qui compte 380 mille âmes, soit la 3ème plus importante communauté aux Pays-Bas, a été au centre de plusieurs ouvrages, études et rapports depuis les années 1960.

L’intérêt porté à cette communauté trouve son origine chez les chercheurs néerlandais qui ont constitué une importante documentation dédiée à cette immigration.

40 ans après la convention sur le recrutement et le placement de travailleurs marocains aux Pays-Bas

Le Maroc et les Pays-Bas, liés par des relations ancestrales remontant à 1610, ont célébré, le 14 mai 2009, le 40ème anniversaire de la signature de la convention relative au recrutement et le placement de travailleurs marocains aux Pays-Bas.

En dépit de l’importance de cet accord, le recrutement officiel des travailleurs dans le cadre de cette convention n’est qu’un simple article dans l’histoire de cette émigration. Par la suite, la région du Rif fournira un grand nombre d’immigrés marocains vers ce pays dans le cadre d’une immigration spontanée.

De temporaire, cette émigration s’est transformée en permanente après l’opération du regroupement familial pour passer à une immigration qui dépasse les frontières. Une génération s’est ainsi constituée composée d’entrepreneurs, écrivains et artistes, faisant partie intégrante de la société néerlandaise.

Le poids de la communauté marocaine aux Pays-Bas, particulièrement depuis les années 1980 et la politique du regroupement familial, a soulevé un nombre de problématiques poussant ce pays d’accueil à jeter les bases d’une politique d’intégration basée, dans un premier temps sur une approche purement culturelle et cultuelle.

Le discours dur et croissant à l’égard de l’Islam a poussé par la suite à adopter une politique insistant sur l’identité néerlandaise.

Les Marocains des Pays-Bas face à la marginalisation et au racisme

« Quarante d’immigration marocaine aux Pays-Bas: bilan et perspectives »‘ analyse les spécificités socioéconomiques de cette communauté au niveau de la répartition géographique, la fertilité, l’éducation et le chômage.

Le taux de chômage le plus élevé dans ce pays comptait parmi la communauté marocaine, eu égard principalement à son niveau bas d’instruction.

Après avoir fourni l’effort nécessaire pour relever son niveau d’instruction, le taux de chômage parmi la communauté marocaine est passé de 18 pc en 2005 à 10 pc en 2008.

En outre, l’image de cette communauté a été affectée dans la société néerlandaise à cause du taux élevé de criminalité. Du fait, les exemples de réussite parmi la communauté marocaine passent sous silence.

L’image de la société néerlandaise, basée sur les libertés, l’égalité et la tolérance religieuse, contraste avec la réalité que vit une majeure partie des Marocains des Pays-Bas. Des études montrent, en effet, que la grande majorité se situe en bas de l’échelle sociale et économique, tout en souffrant du chômage, de l’échec scolaire, de la délinquance, outre les difficultés d’accès au marché de l’emploi.

Dans les médias et au cinéma, l’image de cette communauté est passée de celle de la victime socioéconomique à celle d’une véritable menace aux libertés et à la tolérance, notamment après les événements du 11 septembre 2001 et l’assassinat du réalisateur néerlandais Theo Van Gogh par un jeune néerlandais d’origine marocaine, ce qui a attisé la haine et le racisme envers l’Autre.

La femme immigrée aux Pays-Bas

Sur un autre registre, la présence féminine parmi les Marocains des Pays-Bas s’est renforcée, notamment après l’adoption de la loi sur le regroupement familial. Les femmes marocaines comptaient quelque 150.595 personnes, en 2005, particulièrement après que cette immigration ait changé d’orientation (poursuite des études ou travail).

L’ouvrage focalise sur les mutations sociodémographiques et la réalité quotidienne de cette immigration féminine, tant pour les femmes au foyer que pour les femmes en activité.

Les premières émigrantes marocaines vivaient isolées de la société néerlandaise, leur rôle étant limité à se charger de la famille pendant l’absence du mari.

Cette immigration est marquée actuellement par une orientation vers une catégorie de femmes instruites dotées d’une grande capacité d’intégration dans le pays d’accueil tout en maitrisant le néerlandais. Elles sont actives principalement dans les domaines de l’ingénierie, la médecine et l’enseignement.

La femme marocaine occupe ainsi un rôle économique prépondérant au même titre que l’homme, tant au sein de la société néerlandaise qui bénéficie de ses compétences qu’à travers la contribution à l’amélioration des conditions de vie de sa famille au Maroc (transfert d’argent, services sociaux).

Les transferts d’argent des Marocains des Pays-Bas

Cette immigration a eu un impact concret sur les régions émettrices notamment le Nord et le Sud du Royaume et qui ont connu une hausse sensible de leurs revenus, tout en insufflant une dynamique économique locale.

Selon une étude de terrain, la communauté marocaine établie aux Pays-Bas transfert en moyenne de 9.533 dh par personne annuellement.

Ces transferts en nature ou en argent sont un indice important pour analyser l’immigration.

Une étude publiée dans cet ouvrage indique que ces transferts jouent un rôle vital pour le Maroc et traduisent l’attachement des ces immigrés à leur famille, relevant que ces transferts ne sont pas bien exploités pour un meilleur rendement économique.

Dans ce cadre, l’étude a appelé à assurer un encadrement et un appui technique adéquats à ces immigrés, l’objectif étant de les faire participer aux efforts de développement du pays d’origine, et de bénéficier de leur compétence et de leur transferts financiers.

La communauté marocaine établie aux Pays-Bas vit aujourd’hui une nouvelle étape dans ses rapports avec son pays d’origine.

 

_____________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires