PARTAGER

Tous les médias publics, la SNRT, 2M, l’agence officielle Map et y compris MEdi 1 TV qui, officiellement ne fait pas partie de ce pôle, s’apprênt à entrer dans une ère de renouveau avec le changement attendu avant la fin de l’année de leurs dirigeants ainsi qu’au niveau de la définition de leur mission.

Le constat a été clair, ces structures qui ont longtemps vécu sous le régime des largesses financières de l’état, n’ont pas opéré leur mue avec l’avènement des technologies de l’information et du numérique alors qu’au niveau politique , elles n’ont pas su accompagner les choix stratégiques du pays à l’étranger. Il fait comprendre par là que ni dans le dossier du Sahara, ni dans la percée marocaine sur le continent africain, ni dans les rapports du pays avec ses autres partenaires européens et dans le golfe, ces supports n’ont pas été à la hauteur des attentes et manqué de créativité dans une offre banquable et crédible pour forger une nouvelle image et lui donner un contenu crédible. Un échec sur toute la ligne en somme auquel l’état compte remédier avec la nomination de nouveaux stratégies de la communication publique pour mener cette révolution et changer les esprits en interne. Faissal lâaraichi, qui a dirigé le mastodonte de la télévision et la radio publiques, est appelé à quitter ses fonction comme le Dg de 2M, Salim Cheikh qui serait remplacé par Hassan Khyar, le patron de Médi 1 tv afin de préparer cette chaîne à une cession au privé alors que celui de l’agence officielle Map est également sur le départ en prélude à une réorganisation de cette agence et des changements dans ses attributions.

Par Jalil Nouri

Commentaires