PARTAGER
Une récente étude menée au niveau de la région du Maghreb et qui vient de révéler ses résultats montre une nouvelle fois que le Maroc est en tête pour le coût des médicaments en comparaison avec le pouvoir d’achat de ses citoyens.
Comme prévu, ce sont les médicaments destinés aux pathologies lourdes et les maladies chroniques qui grèvent les budgets des familles ayant parmi eux des malades, des médicaments qui ne sont pas pris en charge dans leur totalité par l’assurance maladie.
Cette étude a un autre mérite, celui d’indiquer que les centaines de produits dont l’actuel ministre sortant de la santé, Houssein El Ouardi, se vante d’avoir fait baisser les prix, restent généralement abordables pour les malades et donc avec un impact réduit sur leurs dépenses.
Ce n’est pas faute d’avoir essayé, car le ministre a mené une rude bataille aux grands laboratoires fabriquant les produits les plus chers sur le marché, mais en vain, devant la puissance de leur lobbying.
Le ministre a lui-même reconnu publiquement que certains médicaments avaient un coutt anormalement élevé, malheureusement, il n’aura pas eu le temps de mener ce chantier qu’il avait ouvert pour en faire le plus marquant de son mandat.
En attendant, les malades ou du moins certains d’entre eux, continueront à souffrir à double titre, sans espoir de baisse des prix de leur traitement.

Commentaires