PARTAGER

Contrairement à sa première expérience gouvernementale, le PJD et son Chef Abdelilah Benkirane  montrent des dents pour mettre fin à la longue tradition des ministères de souveraineté qui relèvent de la sphère royale.

Sans le dire ouvertement, le chef du gouvernement désigné compte bien mettre la question sur la table comme il l’a insinué devant ses partenaires lors des tractations sur la formation du gouvernement.

S’il n’est pas question pour lui de toucher au secrétariat du gouvernement, il ne verrait rien de mal à avoir sous sa responsabilité directe et en nommer les ministres, les départements de l’intérieur avec qu’il a eu beaucoup de différends lors de son premier mandat, les affaires étrangères qui ont été accordées à son parti puis retirées, mais surtout et c’est la grande nouveauté, les affaires islamiques et les habous, chose qui parait relever de l’impossible, ce ministère ayant toujours été placé sous le tutelle directe de la commanderie des croyants, c’est à dire le roi en personne.

A l’heure où il se trouve en difficulté pour avoir trop tardé à former son équipe, Benkirane serait mal inspiré de poser de telles conditions irrecevables, à moins de créer une nouvelle crise avec le palais.

Par Jalil Nouri

Commentaires