Les Nigériens élisent leur président après un an de junte militaire

Les Nigériens élisent leur président après un an de junte militaire

203
0
PARTAGER

Quelque 6,7 millions de Nigériens sont appelés aux urnes dans ce pays sahélien, important producteur d’uranium mais pourtant classé parmi les plus pauvres du monde. Les bureaux de vote doivent fermer à 19H00 (18H00 GMT).

 

Ce second tour doit départager l’opposant historique Mahamadou Issoufou et l’ex-Premier ministre Seïni Oumarou.

Arrivé en tête (36%) au premier tour, M. Issoufou part favori grâce au soutien d’un autre ancien chef du gouvernement, Hama Amadou (19%). M. Oumarou (23%) bénéficie pour sa part du ralliement de l’ex-chef de l’Etat Mahamane Ousmane (8%).

Le chef de la junte, le général Salou Djibo, a symboliquement ouvert à Niamey les opérations de vote, en déposant son bulletin dans un bureau de la capitale. Il a appelé ses concitoyens à voter dans le calme et au respect des résultats du second tour.
« C’est un grand jour pour moi et pour tous les Nigériens. Si nous réussissons ce scrutin si honorable, nous aurons accompli ensemble cette démocratie qui servira d’exemple à l’Afrique », a-t-il indiqué devant la presse.

Il avait renversé en février 2010 le président Mamadou Tandja après une grave crise née de la volonté du chef de l’Etat de se maintenir au pouvoir au-delà de son second et dernier quinquennat légal.
Le général Djibo se pose ainsi en garant du retour à la démocratie -avec l’élection d’un président civil- après avoir tenu les délais de la transition et fait adopter une nouvelle Constitution fin 2010.
« Je viens d’accomplir mon devoir de citoyen. Je demande aux filles et aux fils du Niger d’en faire autant. Je lance également un appel aux deux candidats qu’à l’issue de ce scrutin et des résultats qui seront proclamés par la Ceni (commission électorale) que le candidat qui a perdu, reconnaisse sa défaite ».
« Je lance un appel aux militants des deux candidats d’être très vigilants et d’aller voter dans la sérénité et surtout dans le respect du droit. S’il y a des réclamations à faire, les juridictions compétentes sont là pour régler les choses », a-t-il ajouté
« Nous voulons la stabilité, nous pensons qu’à partir d’aujourd’hui, le Niger retrouvera la stabilité avec le nouveau président élu démocratiquement », a-t-il poursuivi, en tenue militaire, visiblement détendu.

AFP_____________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires