Les partisans de Kadhafi manifestent à leur tour en Libye

Les partisans de Kadhafi manifestent à leur tour en Libye

210
0
PARTAGER

Selon un habitant de Benghazi, ville traditionnellement rétive de l’Est, le bilan s’élève désormais à cinq morts à Al Baïda – trois morts ce jeudi lors d’affrontements en marge des funérailles de deux jeunes gens tués la veille.

De même source, on fait état de plusieurs morts à Ajdabiya, situé à 160 km à l’ouest de Benghazi.

Mais, les lignes téléphoniques étant coupées et la zone interdite aux journalistes, il est impossible d’établir un bilan exact.

Dans la capitale, aucun signe de manifestation d’opposants n’a été relevé par un correspondant de Reuters. Des centaines de partisans du pouvoir se sont en revanche massés sur la place Verte, en lisière de l’ancienne « médina ». Ils scandaient des slogans « Nous défendons Kadhafi et la Révolution ! ».

Selon le quotidien de Benghazi Kourina, lié à Saïf al Islam, un des fils de Kadhafi, le chef de la sécurité régionale a été limogé à la suite de la mort la veille de deux jeunes gens.

Les affrontements de la nuit de mardi à mercredi à Benghazi entre opposants de Kadhafi, d’une part, policiers et partisans du régime, de l’autre, ont fait suite à l’arrestation d’un avocat militant des droits de l’homme.

Des militants des droits de l’homme ont évoqué le risque d’une féroce répression de la part des forces de sécurité dans un pays peu habitué à laisser s’exprimer le mécontentement populaire. Selon Human Rights Watch, les autorités ont arrêté 14 activistes d’opposition qui préparaient des manifestations.

Des bribes d’informations sur les manifestations d’opposants parviennent sur le réseau social Facebook en arabe mais les sources sont mal identifiées et il est difficile d’en vérifier l’exactitude.

Selon un message, des manifestants à Ar Rajbane, près de la frontière avec l’Algérie, ont mis le feu à un bâtiment public. A Zenten, au sud-ouest de Tripoli, d’autres ont scandé « Nous vaincrons ou nous mourrons », rapporte un autre internaute, qui diffuse la photo d’un immeuble en flammes.

Mise à part la manifestation pro-Kadhafi, la situation dans la capitale semblait normale. Sur la rue Omar al Mokhtar, du nom du héros de la résistance libyenne à l’occupation italienne, les banques et les magasins étaient ouverts. On ne notait pas de présence policière inhabituelle.

L’agence de presse officielle Jana a fait état d’autres rassemblements de soutien à Kadhafi dans des villes de province.

Au pouvoir depuis septembre 1969 – un record en Afrique -, Kadhafi contrôle la Libye d’une main de fer, même si le souffle des révolutions en Tunisie et en Egypte commence à s’y faire sentir.

Kourina croit savoir qu’un remaniement ministériel pourrait intervenir la semaine prochaine. Mais, selon un responsable libyen cité par la BBC, les autorités ne permettront pas qu’on « joue avec la sécurité de la Libye ».

Certains Libyens se plaignent du chômage, des inégalités et du manque de libertés mais le régime est, selon les analystes, en mesure de puiser dans sa cagnotte pétrolière pour écarter un scénario à la tunisienne ou à l’égyptienne.

Par Reuters _______________________

 

 

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

Commentaires