PARTAGER
Ambiance particulière et pleine d’émotion ce lundi au parlement qui votera sans surprise sur un nouveau projet de loi destiné à encadrer l’emploi des petites domestiques très présentes dès leur plus jeune age dans les foyers marocains.
A défaut de grandes avancées pour faire disparaitre les images révoltantes de leur exploitation dégradante, il faudra se contenter d’un texte qui tout au plus, interdira leur recrutement en dessous de l’âge de 16 ans alors que les milieux associatifs en charge de cette épineuse question avaient tout entrepris pour que cette règle soit élevée à 18 ans. mas force est de constater qu’il existe des groupes de pression qui restent favorables à une loi rétrograde qui avilit les personnes en situation de précarité qui découvrent le monde du travail dès le plus jeune age, celui de la scolarité, dans sa forme la plus inhumaine. Ne craignant pas d’être stigmatisé au niveau des instances internationales en charge de la protection de l’enfance et de dégringoler dans les classements, gouvernement et élus ont tenu à se cacher les yeux et ne voir que le verre à moitié plein pour considérer que les petites bonnes sont source de revenu pour la famille et considérer que s’il y a pierre à jeter, c’est aux employeurs abusifs et non à la loi dont le principal souci et de défendre les  intérêts de tous les citoyens.

Commentaires