Les premiers observateurs de la Ligue arabe attendus en Syrie

Les premiers observateurs de la Ligue arabe attendus en Syrie

328
0
PARTAGER

Pour l’instant, les observateurs de la Ligue arabe ne sont qu’une vingtaine et ils servent, en quelque sorte d’éclaireurs. Les premiers éléments qui arrivent aujourd’hui à Damas ont pour mission de préparer le terrain pour les centaines d’autres observateurs censés se déployer à travers la Syrie, dans les jours et les semaines à venir. La petite équipe, dirigée par l’Egyptien Samir Seif al-Yazal (assistant du secrétaire général de la Ligue arabe), est chargée des préparatifs logistiques pour l’arrivée de 150 observateurs conduits par le général soudanais Mohammed Ahmed Moustapha al-Dabi.

En théorie, les observateurs peuvent se rendre partout où ils le souhaitent, y compris dans les points chauds comme Homs au centre et Idleb au nord-ouest. La sécurité sera assurée par les autorités syriennes mais celles-ci, par la bouche du ministre des Affaires étrangères Walid Mouallem, ont laissé entendre que certaines régions contrôlées par des groupes armés sont dangereuses aussi bien pour les observateurs que pour leur escorte.

A terme, ce sont entre 400 à 500 experts en sécurité ou en droits de l’homme, des militaires et des civils, issus de différents Etats arabes, qui sont appelés à rendre compte de l’évolution de la situation dans le pays. Selon le protocole signé en début de semaine entre Damas et la Ligue arabe, les observateurs auront pour tâche de « surveiller l’arrêt de la violence de tous les côtés et de s’assurer de la libération des détenus arrêtés » depuis le début de la crise.

Dans un délai d’un mois, les observateurs rédigeront un rapport qui sera remis simultanément au secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil al-Arabi, et au responsable de la diplomatie syrienne, Walid Mouallem. Pour l’opposition syrienne, la mission des observateurs n’est qu’une « nouvelle tentative du régime pour contourner l’initiative arabe » et gagner du temps. Les Comités locaux de coordination, qui animent la contestation sur le terrain et le Conseil national syrien, qui rassemble la majorité des courants d’opposition, appellent le Conseil de sécurité de l’ONU à se saisir d’urgence du dossier syrien.

 

rfi.fr____________________

 

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires