PARTAGER

Le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a dénoncé les déclarations tenues sur l’Algérie par l’ex-président français Nicolas Sarkozy, en les jugeant « malvenues » et en s’interrogeant sur un possible retour de la « pensée coloniale ». À Tunis où il se trouvait lundi, le chef du parti Les Républicains a déclaré aux Tunisiens qu’ils n’avaient « pas choisi leur emplacement » géographique entre l’Algérie, qui a souffert de l’intégrisme dans les années 1990, et la Libye, actuellement en proie au chaos.

« Cette sortie (de M. Sarkozy) est malvenue », a déclaré M. Lamamra, dans une première réaction officielle algérienne aux propos de l’ex-chef de l’Etat français. « Il est tout à fait légitime de poser, à cet égard, la question de savoir si la pensée coloniale que l’histoire a complètement disqualifiée ne serait pas en train de tenter de se régénérer à travers des exercices stériles de manipulation de la géographie », a-t-il ajouté lors d’un entretien publié samedi par plusieurs journaux algériens. Le ministre était interrogé à Paris en marge d’une réunion préparatoire à la conférence sur le climat COP21 prévue en novembre en France.

Les déclarations de M. Sarkozy ont provoqué une levée de boucliers en Algérie. La presse a estimé que la relation entre la France et l’Algérie, apaisée depuis trois ans, serait de nouveau conflictuelle si l’ancien président revenait au pouvoir. La puissante Organisation nationale des moudjahidine(ONM, anciens combattants de la guerre d’indépendance) a jugé que les propos de M. Sarkozy étaient « une nouvelle marque de haine qui s’ajoute à la rancoeur de cet homme contre l’Algérie », dans un communiqué publié par la presse.

Durant le mandat de M. Sarkozy, entre 2007 et 2012, les relations algéro-française ont traversé des zones de turbulences marquées par l’enterrement du traité d’amitié voulu par son prédécesseur Jacques Chirac.

Commentaires