PARTAGER

Habituées à se concentrer sur les trottoirs des avenues  de l’Agdal et de l’océan en prenant soin d’éviter le centre ville, les prostituées de la capitale, issues en majorité des zones défavorisées et surtout de Salé se sont trouvées de nouveaux filons et une clientèle plus généreuse en exploitant les espaces huppés de Hay Riad.

Grace aux nombreux célibataires qui se sont installés dans ce quartier après la délocalisation de plusieurs administrations du centre ville vers cette zone et avec l’implantation des lieux nocturnes qui en ont changé la physionomie en y drainant une « phone » à revenus confortables, les filles de joie se sont rabattues en masse sur les différents secteurs en y créant réseau et filière chaque jour plus fournis. Partageant des appartements à 4 ou 5 et évitant d’y recevoir pour ne pas éveiller les soupçons du voisinage, ces ouvrières de sexe aux business bien rodés et aux carnets d’adresses bien remplis ont su s’adapter aux goûts de leur nouvelle clientèle et sont parvenues à la fidéliser à l’abri des rafles et des passages par la case prison. Il n’est pas rare de les voir circuler à plusieurs dans de modestes  voitures à la nuit tombée à Hay Riad ou la pression de la police est moindre en raison de l’étendu de cette zone à faible densité.

Mais comme le dit une d’entre elles, Salima, au charme assumé ‘la poule ne pend pas éternellement des œufs d’or ».

Par Bouchra Kandili

Actu-maroc.com

 

Tags : Rabat, Maroc, prostitution, Hay Riad, Police, quartier, actualités, scoop, infos, faits divers


 

Commentaires