Les provinces du Sud, pôles d’attraction humaine et espaces de croissance économique,...

Les provinces du Sud, pôles d’attraction humaine et espaces de croissance économique, selon l’ancien représentant résidant du PNUD au Maroc

258
0
PARTAGER

Les provinces du Sud du Maroc sont « envisagées comme des pôles d’attraction humaine et des espaces de croissance économique », a souligné, jeudi à Rabat, l’ancien représentant- résidant du PNUD au Maroc, M. Emmanuel Dierckx de Casterlé.

Ce dynamisme économique et social crée des effets d’attraction sur des  habitants d’autres régions, plus pauvres et qui veulent tirer profit des  opportunités qui existent dans des provinces du Sud dont Laâyoune, Dakhla,  Boujdour, Guélmim et Tan-Tan, a souligné M. de Casterlé, lors d’une conférence  organisée à l’initiative du Management Système International (MSI) dans le  cadre des « Jeudis du MSI », sous le thème : « Les défis de développement humain  au Sahara, intelligence territoriale et régionalisation ».    

Selon cet économiste, qui a préparé un rapport sur le développement humain  dans les provinces du Sud du Royaume, publié il y a quelques années, pour le  compte de l’Agence pour la promotion et le développement économique et social  des provinces du Sud, a montré, sur la base des statistiques et indices de  développement humain, que ces provinces dépassent dans tous les domaines de  progression économique et sociale les autres régions du Maroc à l’exception de  Rabat et Casablanca.   

« En 1975, près de la moitié de la population des provinces récupérées vivait  dans la pauvreté, l’analphabétisme était quasi généralisé et l’indicateur de  développement humain était largement inférieur au reste du pays », a-t-il fait  observer, relevant que ces provinces « constituent aujourd’hui un exemple  régional remarquable de développement humain accéléré et de croissance  économique rapide ».

L’expert onusien a notamment montré, dans ce sens, que toutes les provinces  du Sud affichent un taux d’accès des ménages au réseau d’eau potable supérieur  à la moyenne nationale (57,7 pc) et que l’espérance de vie à la naissance (74,8  ans par exemple à Oued Ed Dahab-Lagouira) y est aussi supérieure à la moyenne  du pays (71,8 ans).

Tous ces acquis accumulés devraient, à terme, franchir le seuil de  l’irréversibilité en termes de développement humain dans ces provinces, a-t-il  ajouté.

Le maintien à terme de hauts niveaux de développement humain dans les  provinces du Sud est tributaire de la capacité des structures locales à  s’adapter et à répondre à une demande accrue d’insertion sociale,  d’infrastructures et de services locaux, a-t-il fait remarquer.

MSI, présent au Maroc depuis 1996 et avec un bureau permanent à Rabat à  partir 2009, est une société de conseil international dans la gestion du  développement humain, l’entreprenariat, la formation, la gouvernance, la  planification stratégique, le suivi, l’évaluation et le renforcement des  capacités.

Commentaires