Les questions à ne pas se poser pendant l’amour

Les questions à ne pas se poser pendant l’amour

691
0
PARTAGER

Dans le feu de l’action, il y a celles qui profitent de l’instant et celles qui se posent trop de questions. La gymnastique mentale c’est bien, mais pas lorsqu’on est déjà sous la couette… 13 questions à ne pas (se) poser.

 

1. Est-ce que je lui donne du plaisir ?

L’idéal est de se poser cette question avant mais jamais pendant. Faire l’amour n’est pas une compétition où l’on doit coûte que coûte se prouver des choses l’un à l’autre. Vous prendre la tête avec ce genre de considérations ne fera que vous freiner dans votre élan et vous détourner de l’essentiel : l’échange et le plaisir.

 

2. Est-ce qu’il a remarqué tel ou tel défaut ?

La question piège par excellence ! Impossible de donner du plaisir ou d’en recevoir si vous vous focalisez sur vos défauts, votre cellulite ou vos repousses pileuses. Si ça peut vous rassurer, la plupart des hommes n’y prêtent pas attention. Faites comme eux et concentrez-vous sur vos sensations, c’est nettement plus gratifiant.

 

3. Est-ce que c’est le bon moment pour passer aux caresses orales ?

Il n’y a pas de règles en amour. Faites comme vous le sentez et quand vous le sentez dans le respect de vos limites et des siennes. Si discussion il doit y avoir à ce sujet, faites-le avant.

 

4. Est-ce que c’était mieux la dernière fois ?

Dans le top 5 des questions sottes, celle-là tient le haut du pavé. La vérité : c’est absurde de comparer car chaque rapport est unique en sensations et en émotions.

 

5. Est-ce qu’il a eu du plaisir… Je n’ai rien vu ?
Qui vient avant, l’oeuf ou la poule ? Tant que vous y êtes, pourquoi ne pas enchaîner sur ce débat ? Un homme peut avoir plusieurs orgasmes sans éjaculer, tout comme il peut parfaitement éjaculer sans avoir eu d’orgasme. Arrêtez de faire une fixette sur le jet, votre chéri n’est pas une bouteille de Dom Pérignon…

 

6. Préfère-t-il que je le regarde dans les yeux ?
C’est vrai que c’est important pour renforcer l’intimité et créer une connexion entre les partenaires, mais ne paniquez pas si vous avez du mal. Ça se travaille, comme le reste. Ne mettez surtout pas un point d’honneur à le zieuter, vous perdriez vos moyens et lui feriez perdre les siens à la longue.

 

7. Son sexe est petit. Est-ce que ça va le faire ?

Ah, les appréhensions des toutes premières fois… à force de s’entendre vanter les mensurations de Rocco Siffredi, on finit par douter de tous les autres hommes. Pourquoi cette question est nullissime ? Parce que l’habit ne fait pas le moine, voyons ! Sauf micropénis, la taille ne garantit pas le plaisir. 25 cm d’inertie ne vous arrangeront sûrement pas, reconnaissez-le, et oubliez la géométrie pour le moment.

 

8. Pourquoi préfère-t-il cette position et pas une autre ?
Peut-être parce qu’il la trouve plus excitante ou parce qu’elle lui permet d’avoir une vision d’ensemble sur votre jolie personne. Mais entre nous, est-ce que c’est vraiment important pour vous de savoir pourquoi il préfère « la levrette guillerette » au « lotus enragé » ? Tant qu’il assure et que vous n’êtes pas mal à l’aise, il n’y a pas d’inquiétude à avoir.

 

9. Pourquoi n’est-il pas bruyant comme dans les films ?

Il y a des gens moins expressifs que d’autres et chouchou en fait manifestement partie. Ne le forcez pas à jouer les ténors d’opéra si ça ne lui ressemble pas. Chacun est unique et crée sa propre sexualité. C’est d’ailleurs ce qui fait la richesse de ces moments.

 

10. A-t-il remarqué mes appels d’air ?

Oui, mais comment vous dire… Il s’en fiche un peu. D’accord, il y a plus glam comme bruit de fond, d’accord, vous vous en seriez passé. Cela dit, à force de disserter là-dessus, vous risquez de louper le plus intéressant de la partie.

 

13. Il a été trop rapide, est-ce qu’il me désire moins ?
Voilà autre chose ! Il était peut-être trop excité ou en manque (à vous de voir). à moins que cela ne se produise fréquemment, inutile de stresser. Comme vous, il connaît parfois des changements de rythme. Chez l’homme, cela ne reflète ni le désir, ni l’intérêt, ni l’affection éprouvés pour sa partenaire. Alors rangez le chronomètre.
12. Suis-je clitoridienne finalement ?
On aurait pu vous dire que l’essentiel est de pouvoir prendre son pied, mais comme le point de départ du grand O obnubile autant que la sensation elle-même, on vous le répète : toutes les femmes sont à la fois clitoridiennes et vaginales ! Sauf que ce n’est pas en vous interrogeant sur le coup que vous décrocherez la timbale, mais en vous exerçant à deux et le plus souvent possible !

13. Pourquoi on n’est pas syncro?
Ne cherchez pas midi à quatorze heures ! Il n’y a que dans les romans à l’eau de rose que les orgasmes simultanés sont systématiques. Vos décalages ne sont absolument pas synonymes de désharmonie sexuelle. Atteindre le nirvana en même temps requiert de l’entraînement, comme tout le reste. En revanche, ruminer l’idée dans votre tête ne vous mènera nulle part…

Commentaires