PARTAGER
Le ridicule ne tue pas dit un adage populaire qui s’applique bien à la diplomatie algérienne gêné aux entournures par l’adhésion proche du royaume au sein de la CDEAO, la Communauté des États d’Afrique de l’Ouest et plus généralement de son retour au sein de l’Union Africaine qui a porté un coup fatal et mémorable aux séparatiste du Polisario et leur mentor algérien.
Le chef de cette diplomatie boiteuse et mal inspirée n’a rien de trouver de mieux à dire que d’accuser le Maroc de blanchir l’argent du haschich en Afrique à travers ses banques pour expliquer la percée réussie du royaume sur le continent. Arrogant comme jamais et prétentieux vulgaire, le chef de la diplomatie algérienne, Abdelkader Messahel, aurait pu reconnaître que l’argent du pétrole amassé dans les comptes personnels en Suisse par les dirigeants de son pays qui ont fait main basse sur ce trésor public, aurait pu être investi en Afrique bien avant que le Maroc ne le fasse. Mais de ce côté là, l’honnêteté intellectuelle est une denrée rare.
Suite à ces propos insultants, le Maroc a convoqué, comme on le sait, le chargé d’affaires à Rabat et rappelé pour consultations son ambassadeur à Alger, histoire de remettre les pendules à l’heure, bien qu’à Alger, on ne sait plus qui décide de quoi, même quand il s’agit de lancer de telles inepties par un chef de diplomatie aux abois avant le sommet d’Abidjan réunissant l’Europe et l’Union Africaine, son projet de désordre ayant échoué. .
Par Jalil Nouri

Commentaires