PARTAGER

Tout porte à croire que les liens entre la France et le Maroc, déjà excellente, ne cessent de se renforcer et qu’ils enregistrent un coup d’accélérateur après l’arrivée d’Emmanuel Macron à l’Élysée. A près sa visite d’amitié au Maroc au lendemain  de son élection pour son premier déplacement au Maghreb, il est prévu qu’il revienne à Rabat dans le cadre d’une visite d’état au début de l’année prochaine. Mais bien avant lui, ce sera son premier ministre Edward Philippe qui foulera le sol marocain pour préparer techniquement le terrain à la visite de son président/

Pour le volet diplomatique, il est à noter également un déplacement du ministre français des affaires étrangères, Jean Yves Le Drillan pour aborder les questions de l’heure avec son homologue marocain Nacer Bourita mais également le rôle que le Maroc est appelé à jouer de plus en plus comme facilitateur des relations de la France avec ses anciennes colonies africaines, désormais rétiçantes à traiter directement avec Paris au niveau des échanges économiques. Ce chassé-croisé n’est pas pour plaire aux voisins algériens qui voient d’un mauvais oeil cette complicité entre Paris et Rabat qu’ils croient se développer à leur détriment. D’autant plus qu’aucune visite du président français en Algérie n’est prévue pour l’instant en raison de la maladie de son homologue algérien Abdelaziz Bouteflika.

Commentaires