Les réseaux sociaux et les enfants, les raisons de s’inquiéter

Les réseaux sociaux et les enfants, les raisons de s’inquiéter

366
0
PARTAGER

Des enfants comme Samia sont légion. Les réseaux sociaux attirent de plus en plus d’enfants âgés entre 6 ans et plus. Avoir un compte Facebook est un privilège dont ne peuvent se passer nos petits. Un espace où ils se sentent libres de s’exprimer et d’échanger.

Tout commence par le fait de vouloir ressembler à l’autre, explique Dr. Mohssine Benzakour, psychosociologue à Casablanca. C’est la fameuse question «  as-tu un compte Facebook ? » qui le hante. Ensuite, explique Dr. Benzakour, il commence à « construire un univers fictif autour de ces réseaux sociaux : les réseaux d’amis qu’il construit, les photos, la possibilité de s’exprimer librement. L’imagination extraordinaire dont fait preuve l’enfant fait qu’il développe des idées autour des réseaux sociaux qui n’ont rien à voir avec la réalité de ces réseaux. »

Résultat de cet attachement, l’enfant devient accro. Il passe des heures devant son ordinateur, échappe de sa vie de famille pour se réfugier dans son univers virtuel qu’il a fondé lui-même sur la toile.    

« L’addiction commence quand le désir de se connecter devient un besoin chez l’enfant », explique Dr. Benzakour. « A force que l’enfant s’attache au monde virtuel qu’il a construit sur Facebook, il va détester la réalité telle qu’elle est, avec ses échanges, sa chaleur et va prendre goût à l’isolement », ajoute-t-il.
Un constat confirmé par la maman de cet enfant de 10 ans. Depuis qu’il a ouvert un compte Facebook, il a commencé à éviter ses parents pour se réfugier dans sa chambre face à sa tablette.

« Saâd est devenu très nerveux depuis qu’il a commencé à utiliser Facebook. Dès qu’il rentre de l’école, il prend son Ipad et passe des heures à parler avec ses amis sur Facebook. Ses résultats scolaires sont au plus bas et il refuse même d’en discuter. J’ai regretté de l’avoir offert cet Ipad. Maintenant je ne sais plus quoi faire ! », se lamente la maman de Saâd.

Dangers imminents

Nervosité, insomnie, isolement…les répercussions de l’usage précoce des réseaux sociaux sont multiples. Mais le plus grand danger auquel l’enfant est exposé est celui de rencontrer des criminels ou des pédophiles sur la toile.

« L’enfant ne peut pas savoir qui est derrière l’écran. Il peut être un pédophile, un criminel… Un enfant de moins de 16 ans ne doit pas être laissé à lui-même, enfermé dans sa chambre, sans une présence parentale », avertit Dr. Benzakour.

En effet, un enfant qui passe plusieurs heures devant son ordinateur commence à « s’isoler de la vie de famille, à perdre les qualités de l’habilité sociale : il n’apprend pas à tisser des relations sociales, à se bagarrer, à partager… », explique ce psychosociologue.

L’intelligence émotionnelle que développe l’enfant dans la réalité, est perdue dans le monde virtuel de l’internet. « L’enfant perd les notions de la réalité des relations humaines : il ne peut pas voir l’autre, voir ses yeux, ses grimaces, entendre sa voix et détecter les changements de tons… », indique Dr. Benzakour.

Résultat : l’enfant s’attache plus à son écran et commence à détester la réalité telle qu’elle est, avec ses échanges, sa chaleur et va prendre goût à l’isolement.

Par ailleurs, l’usage de ces réseaux a des répercussions sur la qualité de langage de l’enfant. Il devient « poké » dans tous les sens. Il conclut chaque injonction par « ptdlol »,  » mdr  » ou encore « 2.O ». De mauvaises habitudes de communication que l’enfant, un être en phase d’apprentissage, apprend sur Facebook et qu’il utilise au quotidien.

Où sont les parents dans tout cela ?

« Il faut que les parents sachent qu’ils doivent être présents, qu’ils doivent définir les heures de connexion et définir avec qui l’enfant peut se connecter et pourquoi », indique Dr. Benzakour.

L’extrémisme n’est pas de mise. Les parents ne peuvent pas priver leur enfant de se connecter. « Un enfant doit vivre sa génération, il doit ressembler aux autres, mais avec la présence parentale, avec les normes de la famille et ce que doit exiger une éducation en bon et due forme. », affirme notre psychosociologue.

Le rôle des parents est de fixer les règles d’usage, d’avoir toujours un œil sur l’enfant et de l’accompagner dans toutes ses phases d’apprentissage. Pour cela, il faut gagner la confiance de son petit ou devenir une sorte de parents 2.0 !

 

Menara.ma / Houria Benmoussa

Actu-maroc.com ____________________________

Commentaires