PARTAGER

Conjoncture et tension dans le Rif obligent, cet été ne connaîtra pas de somptueux mariages organisés par les familles marocaines aisées dans les palaces de Marrakech, comme le veut une mode en voie de disparition si l’on en juge par les opérateurs touristiques de la ville ocre et les différents prestataires habitués à faire des recettes à six et même sept chiffres lors de ces cérémonies.

Toutes les grandes familles marocaines parmi les plus fortunées ont eu ces dernières années, une préférence pour Marrakech en vue d’y organiser, dans le faste et le luxe tapageur, les mariages de leurs enfants, au grand bonheur des traiteurs étrangers qui ont trouvé là, un juteux filon, jusqu’à cette année, pour laquelle les carnets de commande sont restés désespérément vides, des unions ayant été reportées ou annulées et des familles ayant ouvertement annulé les mariages prévues depuis longtemps en jugeant qu’il était indécent d’organiser des fêtes somptueuses alors qu’une partie du pays vit une grave crise sociale.

Des familles étrangères richissimes sur le point d’organiser des noces des mille et une nuits ont eu vent de la morosité qui règne actuellement dans la ville ocre et au Maroc en général, ont suivi le mouvement pour aggraver cette crise inattendue qui frappe tout le secteur de l’événementiel.

Commentaires