PARTAGER
Tout porte à croire que les salles de sport spécialisée dans les arts martiaux sont devenus; pour une partie d’entre elles, des lieux prisés par les apprentis jihadistes appelés à aller gonfler les rangs de « Daech » en Syrie et en Irak et en Libye à présent, le dernier territoire convoité par le groupe « État Islamique », qui compte aujourd’hui près de 3000 combattants marocains; sympathisants et mercenaires. C’est une enquête minutieuse de la police qui a permis ce rapprochement.
Ces salles, particulièrement dans le nord du Maroc, sont devenues de vraies fiefs pour les candidats au jihad où sont dispensés des cours adaptés aux techniques de guerre et de guérilla urbaine pour constituer; semble-t-il un préalable et une condition indispensables pour un  éventuel recrutement dans les camps d’entraînement du groupe terroriste.
Ce sont les aveux des membres des cellules démantelées récemment à travers le territoire qui ont conduit les enquêteurs à s’intéresser à ces lieux d’apparence anodine mais, qui en fait, participent à la formation de manière indirecte pour certaines d’entre elles, alors que des soupçons pèsent sur d’autres pour leur complicité présumée dans l’enrôlement des candidats au jihad.
Par Jalil Nouri

Commentaires