Les services de police marocain et espagnol arrêtent 14 membres d’un réseau...

Les services de police marocain et espagnol arrêtent 14 membres d’un réseau terroriste

775
0
PARTAGER

14 personnes soupçonnées de recruter pour le compte de l’État islamique en Syrie et en Irak ont été arrêtées au Maroc et en Espagne lors d’une « opération antiterroriste conjointe » des deux pays, ont annoncé les ministères de l’Intérieur marocain et espagnol.


Les services de police marocain et espagnol arrêtent 14 membres d'un réseau terroriste
 Le Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ) a démantelé mardi, en coordination avec les services de sécurité espagnols, un réseau terroriste composé de 14 membres agissant dans les villes de Nador, Driouech, Al Hoceima, Fès, Casablanca et Mellilia, dans le domaine du recrutement et de l’envoi de combattants marocains pour le compte de l’organisation terroriste « Etat islamique ».
Un ancien détenu dans le cadre de la loi antiterroriste figure parmi les personnes arrêtées. Ces arrestations entrent dans le cadre des opérations préventives dans le domaine de la lutte contre le terrorisme et les menaces de « l’Etat islamique ».L’opération s’est soldée par l’arrestation du partenaire principal de ce réseau terroriste qui réside dans la banlieue de la capitale espagnole Madrid, ce qui traduit l’importance du partenariat sécuritaire liant les services sécuritaires marocains et leurs homologues espagnols en matière de lutte contre les menaces terroristes, particulièrement celles provenant des foyers de tension.

« Ces suspects faisaient partie d’un groupe dont la principale activité était le recrutement et l’envoi de combattants vers les régions de Syrie et d’Irak contrôlées par Daech », a indiqué le ministère de l’Intérieur espagnol. Mais elles visaient également à « reproduire au Maroc et en Espagne les massacres perpétrés par Daech ».

Selon les autorités des deux pays, ces réseaux « recrutent un maximum de combattants nationaux et étrangers pour l’exécution d’opérations d’envergure dans leurs pays d’origine et de résidence ».

En Espagne, quarante-huit jihadistes présumés ont été arrêtés depuis le début de l’année, a précisé le ministère.

Commentaires