Les services français auraient une taupe dans l’entourage du roi du Maroc,...

Les services français auraient une taupe dans l’entourage du roi du Maroc, selon les journalistes Eric Laurent et Catherine Graciet

1081
0
PARTAGER

Eric Laurent et Catherine Graciet, mis en examen pour tentative de chantage et extorsion de fonds à l’encontre du roi du Maroc, ont fait de sacrées révélations à l’avocat du royaume, rapporte le Journal du Dimanche. Selon les deux journalistes, les services français disposeraient d’une taupe dans l’entourage royal.

La journaliste Catherine Graciet a informé l’avocat du royaume qu’ils ont en leur possession des documents des services français (DGSE) contenant des écoutes téléphoniques et qu’une taupe se trouvant dans l’entourage royal informerait la DGSE des faits et gestes du roi Mohammed VI.

L’extrait :

« La scène se déroule au bar du Raphael, un palace parisien près de l’Étoile. L’avocat du Maroc enregistre secrètement avec son iPhone. C’est le troisième rendez-vous de l’avocat avec Éric Laurent, mais le premier avec Catherine Graciet. Le 11 août, lors de la première rencontre, il a été question de 3 millions contre la non-parution de leur livre. Ce 27 août, l’avocat marocain a pour objectif d’obtenir un accord écrit pour provoquer un flagrant délit (…) D’entrée de jeu, pourtant, la journaliste pose le sujet : « Éric m’a dit que vous souhaitez avoir accès exactement au contenu de ce que nous avions… » et révèle à l’avocat du Maroc des pans entiers de son enquête. « On a récupéré de la part des services français, précisément de la DGSE […], la remise des documents s’est passée au moment de la brouille entre le Maroc et la France. » Sans désigner nommément ses sources, la journaliste explique longuement qu’elle dispose de « documents émanant de la DGSE », « de matériaux bruts », dit Éric Laurent, « pas des synthèses », embraye-t-elle. « Ils ont clairement une volonté de se venger du Maroc », insiste-t-elle. « Une démarche inamicale et délibérée », ajoute Laurent. Les journalistes disent avoir des écoutes téléphoniques, notamment de « monsieur « 1 » », un code pour désigner le roi lui-même. « Il y a des conversations importantes » avec des gens qui « travaillent avec les services ¬français », dit-elle. En clair, les deux journalistes révèlent à leur interlocuteur (sans que l’on puisse dire si c’est du bluff pour obtenir des fonds ou de véritables informations) que les services secrets français ont une taupe dans l’entourage du roi du Maroc! Graciet évoque même un dîner dans le golfe persique.Et cite un document qui commence ainsi : « Le jour où j’ai assisté à un dîner à Abu Dhabi… » Un solide tuyau potentiel pour les services marocains. « Recruter ce type de source qui évolue dans l’entourage du souverain, cela met des années », rénchérit-elle. « Vous êtes cernés », résume Graciet à l’avocat. Drôle de dialogue de la part des journalistes censés obtenir des informations pour leur livre. À l’évidence, ce sont eux, ce 27 août, qui en donnent. D’ailleurs, c’est l’avocat qui prend des notes… »

Commentaires