PARTAGER
Il ne se passe plus un seul attentat en Europe, sans que les services marocains du BCIJ, le bureau central d’investigation judiciaire, le « FBI marocain », n’annoncent avoir informé leurs homologues européens des risques encourus plusieurs semaines avant que les terroristes ne passent à l’action.
Cette efficacité reconnus de tous et qui s’est démontré lors de toutes les épreuves vécues par la France en 2016, vient de l’être également avec le dernier attenta qui s’est produit en Allemagne en début de semaine.
Les services marocains en charge de la lutte anti-terroriste avaient mis en garde la police allemande contre les préparatifs d’une action dangereuse menés par l’activiste extrémiste tunisien Anis Amir et qui n’ont malheureusement pas été pris en compte pour laisser la voie libre au terroriste affilié à « Daech », jusqu’à l’exécution de son plan effroyable en s’attaquant à un marché de Noël pour y commettre un carnage, selon un plan minutieusement préparé.
Rien d’étonnant donc dans cette réputation acquise par les services marocains au niveau international qui viennent de fournir un bilan éloquant de leurs activités au cours de l’année qui s’achève, avec 140 projets d’attentats déjoués et 600 terroristes arrêtés.

Commentaires