PARTAGER
Les observateurs de la chose politique ont eu la surprise de leur vie de voir arriver au siège du parti de l’USFP, l’Union Socialiste des Forces Populaires, le leader islamiste Abdelilah Benkirane sur lequel ils ont toujours tiré à boulets rouges.
Invité à venir intervenir au cours d’un débat organisé à l’occasion du ramadan, le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane a été accueilli avec des sifflets et des slogans hostiles par la jeunesse du parti socialiste qui lui a signifié qu’il n’était pas le bienvenu jusqu’au moment où les choses ont failli dégénérer avant que les forces de l’ordre n’interviennent pour disperser la manifestation et lui frayer le passage. Le décor de la soirée inattendue ainsi plantée, reste les interprétations de cette invitation contre-nature lancée au leader du PJD pour venir s’exprimer devant une assistance froide et inamicale.
Si les proches du premier secrétaire de l’USFP y voient une simple initiative sans réelle portée destinée à enrichir le débat politique, même un adversaire de cette taille, les adversaires de Driss Lachgar pensent tout le contraire et estiment que ce dernier cherche à consolider des passerelles pour faire entrer les socialistes dans la future alliance gouvernementale qui sortira des urnes après les élections du mois d’octobre.
Driss Lachgar n’est pas le premier responsable d’un parti de gauche , ni le dernier, à esquisser un rapprochement avec les islamistes. Chacun y allant avec ses propres moyens.

Commentaires