PARTAGER
Depuis l’émoi suscité par le viol et la tentative d’assassinat de l’enfant Imrane âgé d’à peine quatre ans la semaine dernière à Casablanca, la société civile marocaine veut rester mobilisée au travers de plusieurs actions pour un durcissement de la loi contre les pédophilie et ses auteurs, certains allant jusqu’à prôner des solutions radicales pour éradiquer le phénomène.
Une pétition circulant sur la toile et largement partagée demande ainsi une intervention directe du roi pour changer la législation en la matière considérant que ce fléau ne peut plus durer pour protéger les enfants marocains de plus en plus exposés à de dangereux prédateurs nationaux et étrangers qui profitent des failles de la loi pour commettre leurs crimes en toute impunité.
Pour ce faire, deux tendances se dégagent au sein de la société: les conservateurs proches du parti islamiste du PJD de castrer tout simplement les auteurs de tels actes et une autre et large partie de la société qui demande, comme dans cette pétition d’établir la peine de mort contre les pédophiles y compris ceux qui n’ont pas recours à la violence. C’est justement ce dernier aspect qui a encouragé la multiplication des agressions sexuelles contre les enfants puisque la justice est relativement clémente quand il n’y a pas violence, les dernières peines prononcées par les tribunaux ayant choqué par leur côté dérisoire.
Une chose est sûre aujourd’hui, le drame horrible du jeune Imrane aura au moins le mérite de remettre ce débat à l’ordre du jour avec pourquoi pas, un durcissement et une clarification enfin de la loi.

Commentaires