PARTAGER

Washington a changé de position vis à vis du royaume pour considérer que sa compagnie nationale, la Royal Air Maroc ainsi que l’aéroport Mohammed V de Casablanca d’où décollent ses appareils peuvent constituer un risque pour la sécurité des États-Unis.

De ce fait, les services de l’aviation de ce pays ainsi que ses sécuritaires ont dressé une liste noire des états qui constituent ce risque dont le Maroc qui y est traité ainsi pour la première fois dans les relations avec Washington. Ce virage opéré depuis l’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche est accompagné de mesures additionnelles dans les appareils de la RAM, comme l’interdiction désormais faite aux passagers de voyager en cabine avec des appareils tels que les téléphones portables, les ordinateurs et autres tablettes de crainte de les voir être utilisés dans des actes terroristes avec l’accroissement des alertes à la bombe et de la nouvelle tendance des terroristes à utiliser ce type d’appareils pour leurs projets puisqu’il s’avère de plus en plus que lors des fouilles, les matières explosives incorporées dans ces appareils sont difficilement décelables.

L’image du pays et sa compagnie aérienne pâtiront de cette mesure au niveau du tourisme et pas seulement.

Commentaires