PARTAGER
Il ne se trouvera personne pour évoquer les vacances du Roi Mohammed VI à Cuba où il se trouve en famille, sans faire allusion au fait qu’il s’agit d’un pays connu pour être un ferme et vieux soutien du Polisario. A tel point que de crainte que les séparatistes ne prennent ombrage de ce séjour et n’y voient un rapprochement entre le Maroc et le pays de Fidel Castro, un émissaire cubain a été envoyé auprès de la direction du mouvement séparatiste à Tindouf afin de la rassurer du caractère tout à fait privé du séjour royal, sans la moindre répercussion sur le niveau de leurs relations.
Ailleurs , un diplomate européen est allé de sa chanson pour estimer que ce voyage était un coup de tonnerre dans la région des Caraïbes, comme si John Kennedy, l’ancien président américain, était venu à Cuba en 1962 en pleine crise des missiles, au plus fort de la guerre froide. Pure exagération. Il n’est pas sans la presse algérienne qui y va de son propre couplet en utilisant un ton dramatique pour prédire le retournement de Cuba et le lâchage du Polisario par la Havane dans le cadre d’une nouvelle stratégie diplomatique royale alors qu’il s’agit de vacances et rien d’autre.
Pour preuve, aucune activité diplomatique officielle ni officieuse, n’est prévue sur l’agenda royale tout le long de son séjour qui devrait s’achever vers la fin de la semaine.
Par Jalil Nouri

Commentaires