PARTAGER

Bien des mois après son départ de son poste de chef du gouvernement, les pouvoirs publics continuent d’assurer à Abdelilah Benkirane des privilèges que lui envieraient bien des anciens premier ministres de pays développés.

Guérite devant son domicile du centre-ville de Rabat, avec une présence policière imposante de permanence 24/24h, trottoirs et rue voisins interdits à la circulation, ne manque plus dans ce décor que la limousine de marque allemande qu’il a du céder à son successeur et rival Saad Eddine El Othmani, qui, lui, depuis son entrée en fonction, ne bénéficie pas du même traitement, sans doute en raison de l’éloignement de son domicile situé dans la ville de Salé, mais qui, pourtant, aurait bien besoin d’une protection réduite actuellement à sa plus simple protection.

Son prédécesseur, lui, avait demandé le renforcement de sa sécurité en raison des nombreuses perturbations causées par des manifestants aux revendications diverses et qui a conduit la préfecture de police à lui assurer la présence de fourgons de police,

Toujours visibles devant sa villa du quartier des orangers. Devenu simple militant de son parti après avoir perdu ce week-end toute chance d’en rester à la tête pour un troisième mandat, il est légitime de se demander ce qui justifie le maintien de ce dispositif de sécurité sur le compte des contribuables et quand il sera enfin levé pour un retour à la normale tant souhaité par les voisins après des années de perturbations.

 

Par Nabila Kandili

 

Actu-maroc.com

Commentaires